« CURIOSA » MAIS SURTOUT « ET CAETERA »…

Sous le titre de Curiosa, certains libraires allemands publient des listes d’ouvrages scandaleux cotés au plus juste prix pour les amateurs. Comment accueillir sans indignation ces catalogues effrontés où les productions des de Sade se recommandent par des notes ainsi conçues: « Bien érotique » ? Les libraires qui débitent froidement ces turpitudes sont cent fois plus haïssables que les écrivains sans vergogne qui les composaient dans l’entraînement de la passion.

Extrait de Annales du bibliophile: du bibliothécaire et de l’archiviste

Curiosa :

Terme de collectionneur et de bibliophile, désignant les objets, les oeuvres d’art ou les livres traitant de la sexualité et de l’érotisme.
Censure De nombreuses expression témoignent du caractère litigieux et subversif d’une littérature attentant aux bonnes mœurs, mais qui restent accessible aux initiés « sous le manteau », au « second rayon » des libraires, dans « l’enfer » des bibliothèques.

Le Dictionnaire encyclopédique du livre précise :  Livres ou publication (fascicules brochés, gravures, etc) présentant un caractère facétieux, badin, frivole, et, plus particulièrement, un caractère leste, grivois, ou érotique.

Mais pour l’instant, nous nous intéressons surtout au « et caetera »…

Joseph Ducreux, Le Discret (1790).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s