GEORGES KOLEBKA

Georges Kolebka est un écrivain français né en 1939 à Paris.

À la fois nouvelliste et auteur jeunesse, Georges Kolebka, homme au sourire de fluide glacial, a d’abord travaillé dans la publicité dont il a longtemps été l’une des meilleures plumes. Certains de ses slogans choc sont restés dans la mémoire collective. Il se consacre essentiellement aux textes courts et aux livres pour enfants (Escampette et le filou, L’Épicier rose et autres contes de la même couleur, Le Livre de Poche Jeunesse). Ses nouvelles, douces-amères, frôlant l’absurde et le nonsense, font de lui un Sempé de la littérature.

Il est l’un des fondateurs de la maison d’éditions Guère épais.

Il a reçu le Grand Prix de l’Humour noir pour Dépressions sur une partie de la France (Seghers) et a notamment publié La Vie de pacha (Julliard), Les Nuages au-dessus de l’eau (Ramsay), Le Dicouac (Hachette), L’Égyptienne grasse allongée, Brefs est son dernier livre.

Il est, entre autres, l’auteur de :

Brefs, Le Castor astral, collection « Curiosa & caetera » 2010.

Et tout ça en cinq minutes, Le Castor astral, 2007.

La visite du président Kraken, Berg International, 2005.

Confettis , Le Castor astral, 2007.

Retour aux villas sans soucis, Le Castor astral, 2003.

Villas sans soucis, Le Castor astral, 2001.

« Georges Kolebka ne recule devant rien, pas même les gloires de notre panthéon littéraire, les finesses de notre langue ancienne, les métiers les plus nobles : tout y passe, en un trois coups de pinceau.Georges Kolebka ne recule devant rien, pas même les gloires de notre panthéon littéraire, les finesses de notre langue ancienne, les métiers les plus nobles : tout y passe, en un trois coups de pinceau. »

David Vincent, éditions de l’arbre vengeur

Extraits de Brefs

 Ciel, le soleil se recouche

Leur toilette du soir achevée, M. et Mme Lecerf sont sortis dans le jardin. Ils ont surpris de nouveau le soleil en train de se coucher. À son habitude, il a déployé de larges traînées rougeâtres.

Devant ce carmin flamboyant, ce rubis incandescent, cette pourpre enflammée, cette garance éclatante, M. et Mme Lecerf, vêtus de leur tenue nocturne, ont éprouvé un ravissement benoît.

L’horizon est d’une beauté unanime. Assis dans des fauteuils de jardin, les Lecerf regardent le soleil se coucher au milieu de rouges, d’orangés et de roses sublimes. Ils sont si enthousiastes que par instants ils poussent des petits cris aigus semblables à ceux d’une souris exaltée lorsqu’elle est en présence d’un morceau de camembert fabriqué à la louche, dans la tradition  fromagère.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s