FONCE ALPHONSE !

Il existe à Honfleur une place où naquirent à quelques lustres de distance, le vaillant amiral Hamelin et celui qui écrit ses lignes. La postérité jugera.

Alphonse Allais (né de parents français mais honnêtes)

Il existait une gare à Saint-Sauveur, sur la route d’Honfleur. Petite, certes, mais fort jolie.  Le matin, un train passe, un second y passe le soir. Et c’est tout.  L’immense Alphonse Allais vient un jour demander le chef de gare :

– C’est pour une réclamation ?

– Du tout, mon ami.  Au contraire, je vous fais tous mes compliments, vous avez une gare charmante, mais comme elle est mal placée ! Vous auriez ça à Paris, vous feriez un argent fou…

 

N.B. Chaque samedi après-midi, des visites gratuites du Petit musée d’Alphonse (laboratoire des potards Allais) ont lieu dans l’arrière-boutique de la pharmacie du Passocéan de Honfleur, lieu de naissance d’Alphonse Allais. C’est le plus petit musée du monde, dont le conservateur-guide officiel-homme d’entretien (CGHE) est Jean-Yves Loriot.

Le curieux gardien en profite pour vous recommander  « drôlement » la lecture de :

Fumisteries, humour Fin de siècle, collection, Omnibus

Fantaisie, ironie, satire, absurde… les virtuoses de l’humour Belle Epoque sont réunis dans cette anthologie à déguster ligne à ligne. Certains sont incontournables – Alphonse Allais, Alfred Jarry, Jules Renard. D’autres sont oubliés – ce sont pas les moins drôles !

A la fin du XIXe siècle, une bande d’insolents jeunes gens vient secouer l’ordre établi. Ils se donnent comme nom les Vilains Bonshommes, les Zutistes, les Hydropathes, Les Fumistes, les Hirsutes ou les Incohérents, ils fréquentent les alentours du Quartier latin et du Chat Noir montmartrois. Dans leur sillage, un volcan d’inventivité fait éruption, balayant sur son passage les institutions, la famille, l’honorabilité, les poètes officiels – et jusqu’au langage lui-même. Tout est prétexte à fantaisie, parodie, non-sens et sarcasme.
De Xavier Forneret, Erik Satie, Alphonse Allais ou Cami à Gustave Flaubert, Anatole France, Jules Renard en passant par Lautréamont, Jules Laforgue, Léon Bloy, Villiers de l’Isle-Adam ou Alfred Jarry – sans compter une pléiade d’écrivains méconnus ou oubliés – s’expérimente l’humour moderne dans tout ce qu’il a de plus subversif, d’inventif et d’irrespectueux. Les trois cents textes de cette anthologie – récits, contes, poèmes, aphorismes ou saynètes – permettent de retrouver les formes les corrosives d’un rire qui sait prendre des risques.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s