CO(Q)UILLE

ON DONNE LE NOM DE COQUILLE, en terme d’imprimerie, à l’omission, à l’addition, à l’interversion ou à la substitution, dans les ouvrages imprimés, d’un ou de plusieurs caractères typographiques. Ces erreurs, qui proviennent soit de la faute du manuscrit, soit de l’ouvrier typographe, soit d’un oubli dans la correction, sont très difficiles à éviter. Les auteurs eux-mêmes, en revoyant leurs épreuves, plus préoccupés du sens que des signes matériels, laissent subsister souvent des coquilles grossières et très regrettables. Les ouvrages un peu longs où il ne s’en trouve aucune sont sans doute extrêmement rares.

N.B. la coquille est sans rapport avec le couac qui semble être, pourtant, une espèce de coquille musicale…

Et comme nous le répète l’adage : de la coquille à la couille, il n’y à qu’un pas à ne « C » franchir ; ou l’inverse…

Certains exemples qui vont suivre sont extraits du Dictionnaire de l’argot des typographes, suivi d’un choix de coquilles typographiques célèbres ou curieuses par Eugène Boutmy, Correcteur d’Imprimerie (1883) et de quelques autres lectures, de ci de là et de travers…

Un libraire avait fait imprimer un missel de son diocèse. Dans l’indication des rubriques se trouvait cette phrase, immédiatement avant l’élévation: Ici le prêtre ôte sa calotte. Dans le dernier mot, un u perfide vint prendre la place de l’a ; en sorte que l’indication se trouva transformée de la manière suivante: Ici le prêtre ôte sa culotte. Qu’eussent dit, mon Dieu, les paroissiens de cet ecclésiastique éhonté s’il s’était conformé au texte ?

Le principal correcteur d’une grande imprimerie parisienne s’est acharné à maintenir dans un titre l’énormité suivante: Traité pratique de gastroNomie pour Traité pratique de gastroTomie. Qu’eussent dit Grimod de La Reynière et Berchoux ?

N.B. Berchoux est l’inventeur du mot « gatronomie » (N.D.L.R.)

Un journal des tribunaux a imprimé :

« Les juges, trouvant la faute légère, n’ont condamné le pauvre diable qu’à huit jours d’empOisonnement. »

Cela fait rêver.

À quelle peine l’eût-on condamné, si la faute avait été grave !

Voici une coquille qu’on pourrait prendre pour une méchanceté. Un dictionnaire nouvellement mis entre les mains du public porte la définition qui suit :

AMPHITHÉATRE, S. m. Enceinte circulaire garnie de gredins.

Voici une autre coquille ou plutôt une faute qui a donné lieu à un véritable coq-à-l’âne.

Pradier venait de terminer le monument consacré, à Molière dans la rue Richelieu.

La statue représentant la Comédie tient à la main un rouleau sur lequel sont inscrits les titres des chefs- d’oeuvre de notre grand comique; ce travail secondaire avait été confié à un apprenti sculpteur, qui avait mis deux r au mot avare.

Et un passant de s’écrier plaisamment:

« Tiens, voilà un avare qui a un air misanthrope (r mis en trop). »

Quelquefois aussi la coquille a de l’esprit ; comme en témoigne la suivante :

Alphonse Karr, dans un de ses moments de misanthropie (on sait que ces moments n’étaient pas rares), avait écrit sur son manuscrit:

« La vertu doit avoir des bornes. »

Le typographe lut et composa cette phrase étourdissante:

« La vertu doit avoir des cornes. »

Combien le nombre des hommes vertueux ne doit-il pas être grand, si le typographe a raison !

Celui qui a écrit: « Toits à porcs, bâtiment destiné à loger les cochers (pour les cochons), » nous paraît avoir commis une grave irrévérence.

Une gazette du XVIIIe siècle annonçait : « Le roi Louis XV est depuis huit jours au château de Fontainebleau; hier, il s’est pendu dans la forêt. »

Hélas! il ne s’était que perdu.

Un journal local, parlant des plaisirs que goûtent les principaux habitants du chef-lieu, a écrit: « Les plus grosses bêtes de la ville se réunissent chaque soir dans ce cercle pour jouer et deviser… »

Quelle tête ont dû faire ces grosses têtes !

Dans un roman en cours de publication, il est question d’un jeune homme qui veut se marier.

Le père de la jeune fille dont il a demandé la main reçoit d’un ami des renseignements confidentiels dans ce billet laconique, mais rassurant :

« On ne lui connaît pas de maîtresse; il est toujours seul.»

Or, voyez la malchance. On imprima: « il est toujours soul. »

Qu’aura pensé le futur beau-père, en recevant cette lettre ?

Et celle-ci, qu’on a pu lire dans les Petites affiches :  » Belle femme à vendre ou à louer ; très productive si on la cultive bien.  » Ne dirait-on pas qu’elle vise au coq-à-l’âne égrillard ? Nous ne donnons pas le mot.

Une bonne soupe vous permettra aisément de repérer les coquilles

P.S. Vous pouvez envoyez vos coquilles, et même vos coquillages en cette saison…

Oeuvre de Cozette de Charmoy

27 commentaires sur “CO(Q)UILLE

  1. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (1)
    « Avec Lagrange, je me faisais au moins cinquante mille francs par an […] l’activité du cabinet me rapportait cinquante mille autres francs, et avec dix mille francs l’an j’étais ce qu’on appelle à Paris un bourgeois aisé. »
    Umberto Eco, Le Cimetière de Prague (Il cimitero di Praga), Éditions Grasset (Éditions Bompiani), 2011 (2010), trad. Jean-Noël Schifano, p. 209

    J'aime

  2. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (b)
    « Il regarda le réveil […] Il était sept heures et demi […] Que devait-il faire maintenant ? Le prochain train partait à sept heures ; il lui faudrait courir comme un fou pour l’attraper […] »
    Franz Kafka, La Métamorphose (Die Verwandlung), Prague (Leipzig), Vitalis Verlag (Kurt Wolff Verlag), 2002 (1915), trad. Didier Debord, corr. Gérard Nadjar, pp. 9-10

    J'aime

  3. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres ([règle de] iii)
    « trois cerveaux, » (Bernard Werber, Les fourmis, Le Livre de Poche, Albin Michel, 1991, p. 149)
    « trois cerveaux. Trois cerveaux… » (Ibid., p. 163)
    « trois cerveaux. » (Ibid, p. 216)
    « la ville aux trente-six millions d’yeux, aux cent huit millions de pattes, aux dix-huit millions de cerveaux. » (Bernard Werber, Le Jour des fourmis, Le Livre de Poche, Albin Michel, 1992, p. 34)
    « trois cerveaux : » (Ibid., p. 111)
    « trois cerveaux » (Ibid., p. 413)

    J'aime

  4. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (4e*)
    * de couverture

    Au dos d’un livre non identifié on raconte qu’il contient des « histoires [qui sont] toutes véridiques ».

    À l’intérieur, dans une courte introduction, l’auteur raconte que rentré chez lui un message de l’éditeur l’attendait (p. 13) :
    « Merci pour l’envoi du manuscrit. Il est parfait à la virgule prêt ! Vous me donnerez l’adresse de votre correcteur ! »

    Et dès la première phrase, avant même la première virgule (p. 17) :
    « Burg-Jargal était doté un physique […] »

    J'aime

  5. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (erratum v)
    Lire « parfait, à la virgule prêt » là où il est écrit « parfait à la virgule prêt ».

    J'aime

  6. Nicolas Esprime dit :

    — Sur votre CV, le titre du rapport « Stabilité financière en Islande » a été changé en « Instabilité financière en Islande »…
    — Oh… J’ignore pourquoi, mais… Il y a peut-être une coquille.

    J'aime

  7. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (œufs)
    « Elle venait de pondre trois mille œufs, gluants mais vigoureux, génétiquement chargés de tous les talents de leur mère.
    Une grenouille à l’œil vif, que la faim en ces lieux avait attirée, en goba mille d’un coup. Pour leur part, les poissons rouges en happèrent neuf cent quatre-vingt-dix-neuf.
    Et il n’en resta qu’un. »
    Pierre Desproges, Des femmes qui tombent, Éditions du Seuil, 1985, p. 139

    J'aime

  8. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (vi, etc., zéro)
    « La sonde est partie à 12 h 34 heure locale (18 h 25 en France) ».
    http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2011/08/06/article_juno-va-partir-explorer-jupiter-pour-tr.shtml

    J'aime

  9. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (racine de quarante-neuf)
    « Lot numéro 35. République de Nicaragua. Mille kilomètres carrés […] »
    Giovanni Papini, Gog, Éditions Attila, 2010 (1931), trad. René Patris (Flammarion 1932), p. 202

    J'aime

  10. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (vingt)
    « GRIPPE
    […]
    Crus conseillés :
    Vins rouges de Bourgogne de la région des Côtes du Rhône. »
    Docteur E. A. Maury, Soignez-vous par le vin, Éditions du Jour, 1974, p. 102

    J'aime

  11. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (neuf mille pour cent)
    « Le plus grand charançon est le charançon-girafe (Trachelophorus giraffa) qui peut atteindre 80 mm, soit 0,044 % de la taille d’un pirate moyen. »
    Gideon Defoe, Les Pirates ! dans : Une aventure avec les Romantiques (The Pirates! in an Adventure with the Romantics), Éditons Wombat, 2012, trad. Thierry Beauchamp, p. 17

    J'aime

  12. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (0,918)
    « Notre nouveau chef décide de baisser son salaire de 30%. Si on réfléchit bien, vu que le précédent l’avait augmenté de 174%, reste donc une augmentation de 144%. »
    Christophe Alévêque, « Ce n’est qu’un début… », Siné Mensuel n° 10, juin 2012, p. 26

    J'aime

  13. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (68)
    « Souvent, les « 6 » devenaient des « 8 » et vice-versa, pareil pour d’autres chiffres, si bien qu’une dimension d’une des pièces du plan était passée de 21,11 mètres à 14,13 mètres… »
    http://www.rtbf.be/info/etcetera/detail_les-photocopieuses-xerox-confondent-les-chiffres?id=8062986

    J'aime

  14. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (0+0=?)
    « Ce garçon là est souverainement inintelligent, disait le banquier.
    – La vérité m’oblige d’en convenir, répondait le Caissier.
    – C’est ce qu’on appelait autrefois un artiste, reprenait Athanase, et ce que nous nommons un insensé.
    – La machine devient un instrument dangereux entre ses mains, répondait le banquier ; il nous apporte des additions pour des soustractions, et n’a jamais pu nous donner un calcul d’intérêt à quinze pour cent seulement !
    – C’est pitoyable disait le cousin.
    – Mais à quoi l’employer ? repris le Caissier.
    – Il sait lire ? demanda M. Casmodage.
    – Cela est à supposer, répondit Athanase d’un air de doute.
    – On pourrait l’utiliser au Grand Livre ; il dicterait à Quinsonnas qui réclame un aide.
    – Vous avez raison, répliqua le cousin ; dicter, voilà tout ce dont il est capable, car il a une affreuse écriture.
    – Et cela, à une époque où tout le monde écrit bien, répondit le Caissier.
    – S’il ne réussit pas dans ce nouveau travail, dit M. Casmodage, il ne sera bon qu’à balayer les bureaux !
    – Et encore, fit le cousin.
    – Qu’il vienne », dit le banquier.
    Jules Verne, Paris au XXe siècle, Éditions France Loisirs, 1995, pp. 89-90

    J'aime

    • Nicolas Esprime dit :

      « Les comptables comptent leurs doigts depuis le mois dernier, ravis d’arriver tous au même résultat. »
      Jacques Sternberg, L’Employé, Éditions de minuit, 1974, p. 54

      J'aime

  15. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (X′)
    « [E]n étudiant minutieusement le calcul en question, notre physicien romand a constaté qu’elle ne correspondait tout simplement à rien. La faute à un symbole «prime» de trop sur la reproduction. »
    http://www.lematin.ch/suisse/plume-luxe-met-scientifique-rogne/story/12849002

    J'aime

  16. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (MMLIII)
    « Hergé étant mort le 3 mars 1983*, ses créations entreront dans le domaine public le 1er janvier 2054 (la protection dure durant toute l’année suivant les 70 ans du décès de l’auteur). On constate donc que Nick Rodwell… s’est trompé dans le calcul, d’après les propos rapportés dans Le Monde, où il indique que Tintin entrerait dans le domaine public en 2053! »
    Lionel Maurel, http://www.slate.fr/story/79200/societe-moulinsart-empecher-tintin-entreref-domaine-public

    * « Mise à jour du 23/10/13: Contrairement à ce qu’une faute de frappe indiquait, Hergé est mort en 1983, pas en 1953 (d’où la tombée dans le domaine public de ses oeuvres en 2054, 70 ans après sa mort). »

    J'aime

  17. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (3610)
    « Suggestion : en étirant le mètre-étalon jusqu’à 1,0527 m, il serait possible de faire basculer dans la catégorie des 4000 tous les sommets de plus de 3800 m (normes actuelles). »
    Pierre Charmoz, « Proposition d’exhaussement du Grand Pic de la Meije, de 3983 m à 4000 mètres », revue « de Rien » n° 67, septembre 2011

    J'aime

  18. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (2057)
    « Il est mort en 1980, vous rajoutez 70 ans, ça fait donc que le Journal tombe dans le domaine public en 2030. »
    Zoé Sfez, France Culture, 9 octobre 2015, http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/10/anne-frank-mon-combat-.html

    J'aime

  19. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (XXX)
    « Et dans la Physiologie du mariage (p. 301 ; Librairie nouvelle, 1857) : « Nous sommes amoureux à vingt ans… et nous cessons de l’être à cinquante. Pendant ces vingt années… » »
    Albert Cim, Récréations littéraires : curiosités et singularités, bévues et lapsus etc., Éditions Hachette, 1920, p. 184

    J'aime

  20. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (366)
    « Prenons l’exemple d’une famille dont le revenu annuel s’élève à 750 000 dollars […] Sortez le contenu de la paie hebdomadaire, c’est-à-dire 14 423,08 dollars (si quelqu’un est assez mesquin pour s’essayer à diviser 750 000 dollars par 52, afin de vérifier si je ne me suis pas trompé, il découvrira qu’on obtient pas exactement 8 cents, mais sachez que vous ne me ferez pas les mettre ailleurs. Pour obtenir ce résultat, ça m’a pris de trois heures de l’après-midi hier jusqu’au soir après dîner). »
    Robert Benchley, « Une nouvelle page tournée dans le livre de comptes », in L’Économie, pour quoi faire ?, Éditions Wombat, 2015, pp. 42-43

    J'aime

  21. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (100)

    « 9 % [+] 13 % [+] 23 % [+] un quart [+] 37 % [=] » 107 %
    Georges Perec, Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?, Éditions Denoël, 1966, tirage spécial réservé aux amis, collaborateurs et abonnés des Lettres Nouvelles, exemplaire n° 320, pp. 53-54

    « 1. Le lecteur méfiant qui fera le compte trouvera peut-être que le total dépasse 100 %. Il n’aura pas tort d’en déduire que certains votèrent deux fois. »
    ibid., p. 54 – note infrapaginale

    « C’est bien chez vous quand même, c’est petit, mais c’est bien. »
    ibid., p. 59

    « (ai-je dit que nous étions la bonne douzaine au fait ?) »
    ibid., p. 59

    (Le lecteur méfiant se rend compte qu’avec 12 personnes une voix représente 8%, deux voix 17 %, etc. Il n’aura pas tort d’en déduire qu’au moins 75 personnes ont pris part aux votes.)

    J'aime

  22. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (2017 – 1997)

    « La BnF lui consacre une exposition monographique mais plurielle, riche et foisonnante pour le trentième anniversaire de sa mort. » http://classes.bnf.fr/rendezvous/expo3.htm

    J'aime

  23. Nicolas Esprime dit :

    Bâtons, chiffres et lettres (2,35 T)

    « En un quart de siècle, les forêts ont disparu comme peau de chagrin (1,2 milliard de kilomètres carrés engloutis, essentiellement au profit de l’agriculture) ».

    Stéphane Foucart et Martine Valo, « Quinze mille scientifiques alertent sur l’état de la planète : Tous les indicateurs montrent une dégradation catastrophique de l’environnement sous la pression de l’homme », in Le Monde, 14 novembre 2017, p. 6

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s