HACKER OVNI USA

Gry McKinnon en est convaincu : les Etats-Unis ont eu des contacts avec des extraterrestres, et la NASA et l’armée américaine font partie d’une conspiration visant à dissimuler les preuves de ces rencontres du troisième type. C’est une théorie du complot assez populaire, mais Gary McKinnon n’est pas un conspirationniste comme les autres. Ce citoyen britannique, âgé de 43 ans aujourd’hui, est également un fin connaisseur des réseaux informatiques. Peu après les attentats du 11 septembre 2001, il parvient à s’introduire dans les systèmes de la NASA et de l’armée américaine. Gary McKinnon « visite » au moins 97 ordinateurs de l’agence spatiale et de plusieurs services militaires, à la recherche de preuves d’une vie extraterrestre. Il affirme avoir découvert des éléments attestant que les Etats-Unis détiennent une source illimitée d’énergie créée à partir de vaisseaux spatiaux tombés entre leurs mains.
Lorsqu’ils découvrent l’intrusion, les services américains remontent sa piste, et demandent l’aide de la Grande-Bretagne pour arrêter et extrader Gary McKinnon. Interpellé en 2002, le hacker engage une longue bataille juridique pour être jugé au Royaume-Uni. D’après la législation américaine, il encourt une peine qui peut aller jusqu’à soixante-dix ans de réclusion dans une prison de haute sécurité, pour ce que le procureur américain appelle « la plus importante intrusion jamais réalisée contre un réseau informatique militaire ».

La souveraineté Britannique en question

Le hacker a bénéficié, en Grande-Bretagne, du soutien d’une partie de l’opinion publique et de nombreux élus. Il souffre du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, incompatible selon ses partisans avec une détention en quartier de haute sécurité, qui l’exposerait à un risque de suicide ou de psychose. La Cour européenne des droits de l’homme avait jugé l’an dernier que son extradition était compatible avec son état. Et ce vendredi, la dernière procédure d’appel a été rejetée par un tribunal britannique.

Au-delà de l’aspect humanitaire, l’affaire McKinnon a aussi pris un tour politique en Grande-Bretagne. Plusieurs médias et hommes politiques dénoncent la convention d’extradition qui lie les Etats-Unis et le Royaume-Uni, considérant que l’accord favorise indûment le gouvernement américain. L’extradition de suspects britanniques vers les Etats-Unis n’est qu’exceptionellement refusée par Londres, tandis que les suspects américains sont rarement jugés au Royaume-Uni. L’avocat de Gary McKinnon avait plaidé que son client ayant commis les intrusions depuis le sol britannique, il devait être jugé au Royaume-Uni, sans succès. Gary McKinnon devrait être extradé dès le mois de septembre.

Gary Mc Kinnon s’est confié à Spencer Kelly, présentateur de « Clic » sur la BBC, pour raconter son histoire :

Spencer Kelly : Vous êtes accusé d’avoir pénétré les réseaux de l’armée, la Marine, l’Armée de l’Air, le département de la Défense, et la NASA, entre autres choses. Pourq quelles raisons ?
Gary Mc Kinnon : J’étais à la recherche d’éléments d’une technologie qu’on laisse au placard, désignée par moquerie sous le nom de technologie Ovni. Je pense que c’est le secret le mieux gardé au monde en raison de sa charge de dérision, mais c’est une chose très importante. Les retraités ne peuvent pas payer leurs factures de carburant, des pays sont envahis pour que des nations occidentales s’attribuent des contrats pétroliers, et pendant ce temps des membres du gouvernement secret dissimulent des technologies concernant l’énergie libre.
SK : Comment avez-vous procédé pour trouver ce que vous recherchiez dans les ordinateurs de la NASA, ou du Département de la Défense ?
GM : Contrairement à ce que la presse aimerait vous faire croire, ce n’était pas si difficile. J’ai recherché des mots de passe en blanc, j’ai écrit un tout petit script en langage Perl qui reliait d’autres programmes de recherche de mots de passe en blanc, ainsi vous pouvez interroger 65.000 machines en moins de huit minutes.
SK : Vous dites avoir ouvert des ordinateurs ayant un statut supposé de haute protection, correspondant à un haut niveau de responsabilités, sur lesquels personne n’avait institué de mot de passe ? Qui n’avaient que le mot de passe par défaut ?
GM : Oui, c’est bien ça. Un rapport officiel américain a encore récemment publié un rapport dénonçant le très très bas niveau de sécurité fédérale.
SK : Pendant combien de temps avez-vous fouillé ? Une semaine ?
GM : Non, pendant deux ans.
SK : Et vous êtes passés inaperçu pendant cette période ?
GM : Oui. Je faisais attention aux heures. Je jonglais avec les fuseaux horaires. La nuit il n’y a pas beaucoup de gens devant les machines. Mais une fois un ingénieur-réseau m’a vu et nous avons dialogué sur WordPad, ce qui était très, très étrange. Il a demandé : « Qu’est-ce que vous faites ici ? » ce qui m’a surpris. J’ai répondu que je faisais partie de la Sécurité Militaire informatique, et ça l’a totalement convaincu.
SK : Avez-vous trouvé ce que vous recherchiez ?
GM : J’ai observé un genre de vaisseau ou de satellite, mais construit par des moyens que je n’avais jamais vus auparavant. Il n’y avait pas de rivet, pas de soudure, ça avait l’air construit d’une seule pièce.
SK : Qu’avez-vous trouvé à la NASA ?
GM : Une des personnes était un expert photographique de la NASA, et elle a dit que dans le bâtiment 8 du Centre Spatial Johnson ils passent leur temps à retoucher les images satellite à haute résolution pour effacer les ovnis : ils ont des dossiers nommés «filtrées» et «non-filtrées», «à traiter» et «brutes». J’ai sorti une image d’un de ces dossiers, mais je ne disposais que d’une connexion téléphonique très lente, à 56K, et, en utilisant une commande à distance j’ai dégradé l’information de couleurs à 4bit avec une résolution d’écran vraiment très basse, mais l’image s’affichait toujours par saccades. Et ce qui est apparu sur mon écran était étonnant. C’était le point culminant de tous mes efforts. C’était une image de quelque chose qui n’était certainement pas synthétique. Ca se trouvait au-dessus de l’hémisphère terrestre. Un genre de satellite. En forme de cigare avec des dômes géodésiques au-dessus, en-dessous, vers la gauche, la droite et à ses extrêmités, et bien que ce soit une image de basse résolution ça apparaissait bien défini. Cette chose flottait dans l’espace, avec l’hémisphère terrestre bien visible en-dessous, et sans rivets, ni soudures, rien qui ait l’aspect de nos constructions habituelles.
SK : Est-il possible que ce soit une représentation artistique ?
GM : Je ne sais pas. Pour moi, c’était plus qu’une coïncidence. Une femme m’avait dit : « C’est ce qu’on peut voir, dans ce bâtiment, dans ce Centre Spatial ». J’ai pénétré dans ce bâtiment, et c’est exactement ce que j’ai vu.
SK : Avez-vous une copie de ce document ? Elle a été capturée sur votre machine…
GM : Non, la visionneuse à distance affiche image par image. C’est une application Java, donc on ne peut rien sauver sur son disque dur, ou du moins seulement une image à la fois.
SK : Ainsi vous avez obtenu au moins une image ?
GM : Non.
SK : Que s’est-il produit ?
GM : Quand j’ai été coupé, l’image a juste disparu. J’ai été coupé pendant que je téléchargeais l’image.
SK : Quelle serait la punition appropriée pour quelqu’un comme vous ?
GM : Premièrement, en raison de ce que je recherchais, je pense que j’étais moralement correct. Bien que je le regrette maintenant, je pense que la technologie d’énergie libre devrait être publiquement divulguée. Je veux être jugé dans mon propre pays, pour intrusion informatique, et je veux que les Américains fournissent la preuve avant de m’extrader, parce que je sais il n’y a aucune preuve d’un quelconque dommage.

N.B. La NASA a déclaré à « Clic » qu’elle n’entendait pas discuter des questions de sécurité informatique ou des problèmes légaux. Elle a nié avoir jamais trafiqué des images dans le but de tromper et déclaré qu’elle avait une politique d’ouverture et de totale divulgation, ajoutant ne détenir aucune preuve directe de la vie extraterrestre.

© D’après différentes sources dont l’AFP

Le « curieux gardien » vous recommande la lecture de Le livres des damnés, de Charles Fort et La Gazette fortéenne, éditions oeil du sphynx.

« Mais que recouvre ce terme de Fortéanisme ? Il englobe un grand nombre de domaines différents qui vont de l’ufologie à la cryptozoologie, en passant par la parapsychologie, l’occultisme, les conspirations, le folklore, la mythologie, les sciences et cosmologies alternatives, les théories archéologiques sur les civilisations disparues ou inconnues etc…
La liste est sans fin car les centres d’intérêt des fortéens sont aussi variés que divers. Leur caractéristique principale est de ne pas être enfermés dans un domaine particulier et d’être ouverts à toutes les idées, y compris les plus excentriques. »

Jean-Luc Rivera, rédacteur en Chef de La Gazette fortéenne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s