OEIL POUR OEIL

Le trublion Denis Diderot était lié de sympathie avec un mauvais sujet qui venait de perdre l’amitié d’un oncle, riche chanoine, qui voulait le priver de sa succession. Diderot va voir l’oncle , prend un air grave et prêche en faveur du neveu. L’oncle prend alors la parole et conte au philosophe deux ou trois indignité du neveu.
– Il a fait pis que cela, reprend Diderot !
– Et quoi, dis l’oncle ?
– Il a voulu vous assassiner un jour dans la sacristie, au sortir de votre messe, et c’est l’arrivée de quelques bigots qui l’en a empêché.
– Cela n’est pas vrai, j’espère, s’écria l’oncle, c’est une calomnie ?
– Soit, dit Diderot, mais quand cela serait vrai, il faudrait encore pardonner à la volonté de son repentir, à sa triste position et aux malheurs qui l’attendent si vous l’abandonnez.

La petite histoire ne dit pas si le mauvais sujet profita des richesses de l’oncle chanoine, ni même si le gredin avait songé, en secret, à se venger de l’homme d’église.

  

Un commentaire sur “OEIL POUR OEIL

  1. e dit :

    Je sens que l’oncle aura du mal à lui pardonner s’il réussit à le tuer 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s