EN ATTENDANT LE TOME DEUX…

Si vous avez aimé Les Philopyges, vous aimerez (encore plus) De l’égarement à travers les livres de Eric Poindron.

Une mystérieuse association de fous des livres, « bibliopathonomades », recrute des enquêteurs chez les bouquinistes. Des ouvrages introuvables arrivent par la poste chez le narrateur, porteurs d’énigmes ou d’invitations à des rendez-vous discrets dans des bibliothèques de Reims ou d’ailleurs…

Il faudrait une immense érudition pour démêler le vrai du faux. Tous les fous littéraires évoqués dans ce livre ont-ils vraiment existé, ou sont-il eux-mêmes issus de l’imagination d’un autre fou?

Sociétés secrètes, atmosphères des dix-huitième et dix-neuvième siècles, bibliothèques cachées, passages dérobés: ce livre est un labyrinthe de contes fantastiques où l’on croise des figures connues (égarées là depuis quand ?) et des ombres mystérieuses. Il m’a replongé dans les souvenirs récents du Manuscrit trouvé à Saragosse de Potocki, ou dans les transes des lectures inquiétantes de ma pré-adolescence : Jean Ray, Lovecraft, Conan Doyle, et bien d’autres…

Et si tout était vrai, comme nous en avertit le narrateur dès les premières pages ? Et si, ayant cru entrer dans un roman, on s’apercevait en ressortant qu’on vient de lire un traité d’histoire littéraire ? Et si chaque conte était un essai ? Ce n’est pas le moindre charme de ce livre inclassable !

L’ayant lu dans un train bondé de fêtards, lors d’un voyage à travers la Voïvodine, aux confins de la Serbie et de la Hongrie, je n’avais pas à portée de main les moyens de vérifier les racontars d’Eric Poindron. Il m’est donc impossible, cher lecteur, de vous donner la moindre indication pouvant vous éviter de vous égarer à votre tour.

Allez-y à vos risques et périls…

Par Antoine Barral

POST SCRIPTUM:

Note 1 : Une recherche rapide via google sur le terme « bibliopathonomadie » m’a conduit à l’écrivain serbe Goran Petrovic et son livre « Soixante-neuf tiroirs », ainsi qu’à Milorad Pavic et son « Dictionnaire khazar » ! A mon insu, cette lecture dans un train ne devait donc rien au hasard ! Nos lectures seraient-elles guidées par des forces occultes ?

Note 2 : D’autres recherches sur les différents chapitres du livre m’ont permis de prendre la mesure de mon ignorance, et celle de l’érudition d’Eric Poindron, aussi ne m’étendrai-je pas davantage sur ce sujet embarrassant…

N.B. Votre serviteur, alias « Le Curieux gardien », signale toutefois au binveillant Antoine Barral que le terme « bibliopathonomadie » est un néologisme de son invention.

Notez aussi que Antoine Barral est l’auteur de Les Phylopiges, un roman délicieux, bohémien, érotique et discourtois…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s