HANTÉE

50 Berkeley Square : la maison hantée la plus célèbre de Londres

La maison du 50 Berkeley Square, dans le quartier de Mayfair à Londres, a été la demeure du Premier ministre britannique Canning au XIXe siècle. Aujourd’hui, le bâtiment abrite la librairie Maggs and Bros. Les libraires se sont installés dans cette bâtisse construite en 1740 sans tenir compte des rumeurs : la maison de Berkeley Square serait hantée ! En effet, plusieurs personnes seraient mortes dans d’étranges circonstances dans la maison hantée la plus célèbre d’Angleterre !

Le Premier ministre britannique George Canning est le premier à occuper l’endroit. Une plaque a été apposée sur la maison et porte son nom. Mais ce n’est pas sous son occupation que le 50 Berkeley Square acquiert sa réputation terrifiante. D’après la légende, tout aurait commencé avec un amoureux éconduit.

Un certain M. Myers aurait acheté le n°50 de Berkeley Square, afin de s’y installer avec sa future épouse. Mais juste avant le mariage, celle-ci l’abandonne ! Affligé, il se serait reclus dans une chambre du premier étage, ne sortant que la nuit à la lueur des bougies. Il a alors juré de ne plus laisser approcher aucune femme ! A sa mort, un couple et leurs deux filles viennent s’installer dans la maison. Très vite, l’aînée se plaint de voir un homme près de son lit chaque nuit. Un jour, un prétendant est invité à passer la nuit dans la demeure. Alors que la bonne prépare la chambre, elle pousse un cri saisissant : on la retrouve morte, le visage affreusement tordu par la terreur ! Le prétendant qui ne croit pas à la thèse du fantôme, décide tout de même de passer la nuit seul dans cette chambre. On lui impose deux conditions : qu’il se munisse d’une cloche, et qu’il sonne deux fois s’il y a un problème. Dans la nuit, la cloche sonne un première fois brièvement… puis un second son de cloche affolé se fait entendre ! On retrouve le jeune homme pétrifié par la peur. Il ne peut décrire ce qu’il a vu et mourra quelques heures plus tard…

Terrifiant n’est-ce pas ? L’histoire, vraie ou fausse, a tellement marqué les esprits que, depuis 1950, la police interdit l’accès au premier étage ! Même pour le stockage. D’ailleurs, les employés de la librairie Maggs Bros ne restent jamais seuls dans la boutique à la fermeture le soir. En dehors des livres anciens, la librairie du 50 Berkeley Square vaut le détour rien que pour la légende !

Afin de frissonner un peu, le « curieux gardien » vous recommande la lecture de : 

Histoires des maisons hantées, 1840 – 1940 de stéphanie Sauget,  Tallandier

Une façade délabrée, des volets qui craquent, peut-être même une silhouette floue à la fenêtre… la maison hantée appartient bel et bien à notre imaginaire commun.

Goût pour le bizarre, plaisir de se faire gentiment peur, vague croyance ou curiosité pour les revenants et l’au-delà, si les maisons hantées nous semblent aujourd’hui une superstition frappée d’archaïsme, il n’en était pas de même au XIXe siècle, où elles furent un temps au cœur de débats passionnés et savants. Maisons du diable, maisons habitées par des âmes errantes pullulent alors en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Autant de phénomènes sur lesquels l’Église, d’abord, porte un diagnostic de possession et d’exorcisme, tandis que les scientifiques traitent des problèmes psychiques

liés à la hantise. C’est aussi l’âge d’or des chasseurs de fantômes et autres spirites qui proposent à leurs contemporains, que la mort et la spiritualité inquiètent, d’entrer en contact avec les esprits. Lieu repoussoir à l’opposé du home sweet home, la maison hantée inspire : cinéma, littérature, peinture, nombreux sont les artistes qui s’en sont emparées.

Stéphanie Sauget livre un essai brillant sur un sujet neuf, en marge de la grande histoire, mais véritable objet d’histoire culturelle, à travers lequel sont abordés d’une manière différente les enjeux d’un long XIXe siècle, notamment la déchristianisation, la modernisation ou la montée des idéologies.

Photographie de Alison Scarpulla

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s