POE TOASTER 2010 – 2011

2010 – Le mystérieux visiteur nocturne n’est pas venu fleurir la tombe d’Edgar Poe

C’est ce qu’Edgar Poe aurait sans doute appelé un mystère insoluble. Depuis six décennies, un inconnu célébrait chaque année l’anniversaire de l’écrivain en déposant des roses et une bouteille de cognac à moitié vide sur sa tombe à Baltimore. Mais cette fois, le « Poe toaster » n’est pas venu, plongeant dans la perplexité ceux qui espéraient trouver un jour la clé de l’énigme.

Le mystérieux visiteur nocturne qui chaque année dépose des roses et une bouteille de cognac entamée sur la tombe du poète américain Edgar Poe le jour de son anniversaire a manqué mardi à la tradition pour la première fois depuis au moins 60 ans, a indiqué un membre de la Poe Society.

Le visiteur a peut-être renoncé à la tradition car il est de plus en plus difficile d’entrer en toute discrétion dans ce cimetière entourant une église alors qu’une petite foule de gens attend pour voir ce rituel désormais célèbre, a-t-il supputé.

« Il n’est pas venu ce matin », a dit Jeffrey Savoye, le secrétaire et trésorier de la Poe Society qui compte 380 membres, admirateurs de l’écrivain répartis partout aux Etats-Unis et dans le monde, dont plusieurs en France où ses oeuvres ont été traduites par le poète Charles Baudelaire au XIXe siècle.
Généralement il venait entre minuit et cinq heures du matin dans le petit cimetière de Baltimore (Maryland, est) le 19 janvier, depuis au moins 1949 notant que cette année-là a marqué le centième anniversaire de la mort de Poe.
Une cinquantaine de personnes ont attendu toute la nuit de mardi à mercredi, dans le froid, sur le trottoir longeant le cimetière, mais en vain, a précisé Jeffrey Savoye.
Plusieurs de ces personnes étaient venues de loin aux Etats-Unis pour ce pèlerinage qui cette année marque le 201e anniversaire de la naissance d’Edgar Allan Poe.

Le mystérieux admirateur a-t-il rendu l’âme ou été victime d’un malheureux contretemps? Est-ce la fin de la tradition? Le conservateur de la maison musée de Poe, Jeff Jerome, restait désemparé devant le rendez-vous manqué de mardi. « Je ne sais pas ce qui se passe », avouait-il.

Le mystère s’épaissit donc, même si le nom de David Franks, un poète de Baltimore, amateur de canulars, a été cité. Agé d’une soixantaine d’années, cet artiste passionné par Poe et connu pour ses performances grotesques, s’est éteint la semaine dernière. Mais rien ne permet de prouver qu’il s’agissait bien de l’admirateur inconnu.

Maître du macabre, considéré comme l’inventeur du roman policier, Edgar Allan Poe, l’auteur des Histoires extraordinaire, né le 19 janvier 1809, est mort à Baltimore dans une taverne à l’âge de 40 ans. Le rituel du « Poe toaster » remonte au moins à 1949, date à laquelle l’Evening Sun de Baltimore évoquait « un citoyen anonyme qui vient chaque année placer subrepticement une bouteille vide (d’une excellente marque) » contre la pierre tombale.

Depuis 1978, Jeff Jerome guettait chaque année le passage du Poe toaster au Westminster Hall and Burying Ground. Caché dans l’église presbytérienne avec quelques amis et fans de Poe, il épiait l’inconnu, silhouette vêtue de noir, au chapeau à large bord et à l’écharpe blanche, qui se glissait la nuit dans le cimetière pour déposer trois roses et le cognac avant de s’éclipser.

Une autre version existe, mais elle est contestée vigoureusement par Jeff Jerome. En 2007, Sam Porpora, ancien historien du Westminster Hall, avait affirmé être le « Poe toaster », disant en avoir eu l’idée à la fin des années 60 pour faire un coup publicitaire. Mais il change régulièrement de version et reconnaît que de toute façon quelqu’un avait repris depuis la tradition.

En 1993, le visiteur avait commencé à laisser des messages, dont l’un qui annonçait: « le flambeau va être repris ». En 1998, une note laissait entendre que l’initiateur de la tradition était mort, laissant ses deux fils lui succéder.

En 2004, en pleine brouille entre la France et les Etats-Unis sur la guerre en Irak, le message précisait qu’il n’y avait  « pas de place pour le cognac français » et que la bouteille avait été déposée avec une « grande réticence ».

2011 – Le mystérieux admirateur d’Edgar Allan Poe a disparu !

Les admirateurs d’Edgar Allan Poe qui se sont rendus à Baltimore dans l’espoir d’être témoins du retour du «visiteur mystère» de l’auteur américain, après un an d’absence, ont finalement été déçus.

Chaque année, le 19 janvier, un inconnu venait, à cinq heures du matin, célébrer l’anniversaire d’Edgar Allan Poe d’une bien étrange manière. Jusqu’à ce qu’il disparaisse mystérieusement, il y a un an. Le visage dissimulé par un foulard et un chapeau, une canne à la main, l’homme déposait son offrande à l’emplacement originel de la tombe de l’écrivain, à Baltimore. Trois roses rouges et une bouteille de grand cognac à moitié vide. Parfois, un petit mot et un baiser en direction de la tombe.

Un rituel qu’il reproduisait invariablement depuis 1949 sans que son identité soit jamais connue. Mais pour la seconde année consécutive, le « Poe Toaster », comme l’ont surnommé les admirateurs de l’écrivain, ne s’est pas montré. Est-il mort ?

Le « Poe toaster » était pourtant religieusement attendu par Jeff Jerome, le conservateur du musée d’Edgar Allan Poe qui jouxte le cimetière. De nombreux admirateurs se levaient également à l’aube pour tenter de l’apercevoir. Jeff Jerome a déclaré que si le « Poe toaster » ne se présentait pas en 2012, il mettrait officiellement fin à la tradition.

Le « curieux gardien » vous recommande la lecture de :

Enquête sur Edgar Allan Poe de Georges Walter, PhébusLibretto

Névrosé, ivrogne, pervers, dandy fainéant et nécrophile, aime-t-on à raconter avec peu de discernement : une sombre légende auréole le célèbre auteur de La Chute de la maison Usher, Edgar Allan Poe. En fervent admirateur, le romancier Georges Walter emprunte au poète, considéré comme l’inventeur du roman policier, le génie de la construction romanesque, et livre un récit haletant digne des plus célèbres enquêtes. Fin limier, il se rend sur le terrain, allant jusqu’à visiter chaque lieu que Poe fréquenta de son vivant. Il exhume, entre autres indices, une correspondance en partie inédite en France. Le biographe explore les relations du poète avec la civilisation, la culture et la grandeur de son pays, et révèle un homme bien plus américain que ne le voyait Baudelaire.
Véritable redécouverte de celui que Julien Gracq appelait « notre oncle d’Amérique », cette enquête dresse le portrait d’un homme « qui ne fut jamais fou que d’écriture » et dont la célèbre noirceur ne tient qu’à la trop grande clairvoyance de ses propos.

Un oeil bleu pâle de Louis Bayard, Le Cherche Midi, collection NEO

À la façon de Caleb Carr dans L’Aliéniste, ou de Matthew Pearl dans Le Cercle de Dante, Louis Bayard nous propose avec Un œil bleu pâle un thriller gothique et érudit d’une intensité rare. Multipliant les énigmes, les fausses pistes, les trompe-l’œil, il construit une intrigue qui prend racine dans la vie et les œuvres d’Edgar Poe, au suspense constant et au final étourdissant. 1830. Landor est un vétéran de la police de New York, désormais à la retraite. Personnage complexe, usé par les années de service et des tragédies personnelles, il répond à l’appel des autorités de l’académie voisine de West Point lorsque la dépouille d’un élève officier, retrouvé pendu, est atrocement profanée. Landor accepte de mener l’enquête et prend pour assistant un élève de West Point sombre et tourmenté, nommé Edgar Poe. C’est le début d’un terrible voyage au cœur des ténèbres pour les deux hommes qui, lancés sur la piste d’un tueur aussi terrifiant que machiavélique, devront affronter leurs propres démons, alors que l’académie entière est prête à basculer dans la folie. Tandis que les cadavres se multiplient, Landor et Poe pénètrent les arcanes mystérieux de West Point, entre sociétés secrètes et sacrifices rituels, jusqu’à une conclusion aussi stupéfiante qu’imprévisible.

Virginie & Edgar poe par Sylvie Huet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s