LA « RIVE-ERRANCE »

« j’entends ta respiration sur

le toit de mon rire

si près qu’aucune crainte…

Et vois à travers la grande verrière

de la gare un après-midi…

Plus tard, nous promet le gris

profond au-dessus

du verre et les entrelacs

de ferraille à travers quoi je vois

les herbages dans le ciel »

Hassam Wachill, La rive-errance, poèmes, Gallimard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s