MÉGALOMANIE

Reçu ce petit mot, adressé à votre serviteur et à son ami poète…  

En effet, vertigineuse la mégalomanie du collectionneur.

Je me présente, julien renard, chercheur d’un emploi qu’il ne trouva jamais
. Après des recherches étymologiques, j’ai fait une découverte sidérante. 
Les Poindron descendraient des poivrons, eux-mêmes issus des poivrots
Quelle est l’alcoolémie dans votre arbre généalogique, maître ? 
Quant à Vinau, votre ami, c’est vraisemblablement le diminutif de vinasse. Nous avons là une belle paire de pisseurs de copies lubriques. En parcourant l’oeuvre de maître Poindron-poivrot, j’ai senti tout ce qu’elle devait à Barban d’Aurevilly et à Barbevilien. Quant à l’oeuvre de Vinau-vinasse considérable dans les bibliothèques de nos maternelles, elle fera le bonheur de nos derrières quand le papier cul aura disparu.
Julien Renard, persifleur amateur

3 commentaires sur “MÉGALOMANIE

  1. Maximin Rouquin-Corbeau. dit :

    On ne me la fait pas, Renard. Je connais Julien Renard, il croit tout savoir sur tout le monde, alors qu’il a raté son B.E.P.C ; c’est un vantard impénitent.
    Je me présente Rouquin-Corbeau, prénom Maximin, Chômeur professionnel, le travail me cherche encore et n’est pas prêt de me trouver. Admirateur discret de Russel Crowe dans Gladiator, moins dans ses virées éthyliques, Je travaille deux jours sur trois cent soixante-cinq au Puy du fou en qualité de « glandiateur » , un job soi-dit en passant très mal payé.
    A soixante-dix ans, je fais encore rêvé les filles. Mais ne nous vantons pas.
    Et j’en viens à la critique pseudo-littéraire de Renard. Pour écrire son oeuvre, Eric Poindron a certainement usé plus de culottes dans les bibliothèques que de péripatéticiennes dans les lupanars.Je suis sûr que l’écrivain ne me désapprouvera point. Car il en faut de la patience pour se taper les oeuvres littéraires des XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Quant à Vineau, avec les oeuvres duquel vous vous torchez un peu trop facilement « maître » Renard, la postérité ne sera pas pour lui un postérieur. Tenez-vous le pour dit !
    Sachez, Renard, que je muscle mes fesses et n’oublie jamais de cultiver mes neurones en lisant messieurs Poindron et Vineau..J’ai les genoux cagneux sans être un khagneux et j’arrive à avaler et à digérer ces deux auteurs. Ne prenez pas les lecteurs des siècles futurs pour plus abrutis que je ne le suis.
    Ma préférence cependant ira à Poindron, plus proche de l’idée que je me fais d’un véritable écrivain, esprit érudit, curieux de tout, lecteur insatiable aux références étonnantes, à la verve personnelle, bref un personnage. Je vous salue monsieur Poindron, je vous ignore monsieur Renard, allez poursuivre votre oeuvre dans les poulaillers. Signé: Rouquin

    J'aime

  2. lidie dit :

    Bonjour,
    j’aurais aimé savoir qui était le sorcier de la photographie et d’où provenait elle ?
    Merci
    Bien à vous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s