ROI DE PATAGONIE

Souvenons-nous d’Achille Laviarde, le rémois et le roi de Patagonie

Le saviez-vous ? La cité rémoise (entendez la ville de Reims) a compté un « roi de Patagonie » parmi ses citoyens. Des Rémois continuent de perpétuer la mémoire de ce personnage fantasque et humaniste qu’était Achille Laviarde. « Joyeux anniversaire à vous Achille Ier,  Achille le jovial, à la personnalité jamais égalée ! » : Alain Pouillart, debout sur les marches d’un immeuble de la rue du Barbâtre, s’adresse aux « Patagons d’esprit et de cœur » réunis devant un immeuble totalement anonyme. C’est ici, au n° 201, qu’est né, en 1841, Achille Laviarde « roi d’Araucanie et de Patagonie », titre hérité du prédécesseur, Antoine de Tounens. Achille Ier ne mettra jamais les pieds en Patagonie mais nommera cependant des « consuls » dans toute la France… Le personnage se fera remarquer plus par ses actions pro bonapartistes et sa vie joyeuse que par son action royale. « Que pouvait-il faire de plus ? Il fut un « relais » et c’est grâce à lui qu’on parle encore des Araucans et des Patagons », écrit Monique Ernotte-Johann, belle-sœur de Marie-France Ernotte, arrière-arrière arrière petite cousine d’Achille.
Humaniste et hyperactif
Ingénieux – il invente une machine à boucher les vins -, cavalier et nageur émérite, il stoppe un cheval emballé, repêche des passants tombés à l’écluse Fléchambault. Il soutient le candidat bonapartiste Edouard Werlé. Actif, il fonde la fanfare « l’Union », ancêtre de l’Harmonie du 3e canton. Sa lointaine parente, Marie-France, déplorant que les écrits ne mentionnent que le côté truculent et fêtard, insiste sur sa générosité : « Il savait dépenser sans compter pour les causes qu’il défendait ». Propriétaire à Reims du « Château des Grenouilles Vertes » (rasé en 2001), il en ouvre les grilles pour distribuer aux démunis fruits et légumes de sa propriété.
Hommage bon enfant
Samedi, l’hommage s’est voulu aussi joyeux que l’était le bouillant Achille : Jean-Marc Devavry, membre de l’Harmonie du 3e canton, a joué sur son « bugle » des airs de l’époque du cabaret « Au Chat Noir », une aubade de style montmartroise… repris en chœur par l’assistance ! Le drapeau patagon a été déployé et Jacques Cohen, adjoint au tourisme, a rendu un hommage empreint d’humour à « ce Rémois ambitieux » qu’il n’a pas hésité à appeler « Notre Chichille ! », précisant « Certains se moquent de ce roi chimérique, mais les gens sérieux ne sont pas toujours moins fous que les fous ». Des paroles qu’Achille a dû apprécier…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s