VENT & SON CONTRAIRE

Cette petite réflexion de Monsieur Appas :

« Il n’y pas de vent pire que celui qui mord. »

Petite chose née un jeudi, chez Christine, Paris XIVe, lors d’une rencontre avec Vincent Lecoq et Jean-Daniel Magnin, présidée par l’insupportable Éric Poindron (n’en faut)

Tout le – beau- reste de Monsieur Appas est à découvrir sur son blog « APPAS,  le phare rayonnant de la littérature européenne ». Et c’est ICI

 

2 commentaires sur “VENT & SON CONTRAIRE

  1. Catherine Hugue dit :

    Mais connais-tu le simoun ?
    Connais-tu le goût de détruire tout ce qui t’est cher, la volupté de ton propre anéantissement… Savoir que tout est perdu mais y aller quand même, affranchi de la peur de mourir, courir à sa perte avec le sourire ?
    Descends dans les profondeurs de l’Hadès où commence toute connaissance de soi véridique, par le pire, par la réalisation du rien, par la négation des croyances, des certitudes et du doute lui-même; anéantis la fausse image que tu t’aies faite de toi-même, l’image que les autres se font de toi, deviens un pur néant et tu sauras que toutes mes insolences viennent de là.
    Les mouvements de l’ orgueil indompté, on ne s’en dépouille que pour soi (le Soi) pas pour les autres.
    La vanité ne mord pas, la preuve, je saignerais des coups qui me furent infligés et je ne saigne pas. La légèreté est mon secret, je suis le vent.
    Catherine H.

    J'aime

  2. Clin d’œil à ce clin d’œil.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s