PATACHON

La vie de patachon est peut-être  un mode de vie, mais c’est aussi et avant tout, souhaitons-le,  un état d’esprit. Et c’est aussi et le titre d’un livre rare  et dévastateur qui célèbre, à l’image  de Pierre de Régnier, son auteur, « la noce » et l’humeur des années folles. Pierre  de Régnier, écrivain méconnu – et il fit tout pour le rester – est ce que l’on appellerait aujourd’hui un « fils de » : petit-fils de José-Maria de Heredia, poète reconnu  et célébré, fils de Marie de Régnier –  qui publia sous le pseudonyme de Gérard d’Houville et fut l’une des grandes figures  des lettres françaises et des cancans littéraires – et de Henri de Régnier, écrivain délicat et à la mode. Pourtant,  son véritable géniteur fut le trublion Pierre Louÿs avec qui Marie entretint longtemps une relation, mélange de fantaisie érotique et de frasque. Pierre de Régnier avait tout pour devenir un homme de plume,  et peut-être un peu trop… La Vie de patachon est un roman plus qu’en partie autobiographique qui raconte les exploits – souvent alcoolisés – de jeunes noctambules dans un Paris en fête. Emma Patachon  est une demi-mondaine qui s’entoure  de jeunes admirateurs et les invite à célébrer les plaisirs décriés : opium, cocaïne, whisky ou calva de fin de nuit. Les réveillons  sont endiablés et les chauffeurs de taxi ramènent à l’aube les noceurs désemparés. « Puisqu’il est à la mode d’écrire des “Vies” et que tous les gens qui les écrivent choisissent de préférence des personnages morts, et morts depuis longtemps,  ce qui fait que tout contrôle devient presque impossible, je ne vois pas pourquoi, moi qui connus Patachon, et qui ai, si j’ose dire, mené sa vie, je ne la relaterais pas dans  les plus importants de ses détails, à seule fin d’en documenter mes contemporains. »

Derrière le roman aux allures de « scènes de la vie de mondaine », c’est une véritable autobiographie que Pierre de Régnier propose au lecteur. Il y a des larmes dans les verres, des mauvaises humeurs  et de tristes réveils derrière la fête.

La noctambulie n’est plus  ce qu’elle était…

La Vie de Patachon, de Pierre de Régnier, préface d’Édouard Baer (Le Castor Astral, collécition « Les Inattendus »)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s