TROMPERIE SUR LA MARCHANDISE, MAIS PAS SUR LE TEMPS QUI PASSE ; ET REPASSE….

« La veuve Raillard, qui vend du vin aux bateliers, a une cave secrète que nous connaissons tous, mais que les commis ignorent. Elle en venait hier, sa clé dans une main, dans l’autre une bouteille, quand les commis l’arrêtent au détour des Ruaux, saisissant sa bouteille. Elle, d’un coup de clef, la brise entre leurs mains. Tout le monde en a ri. La contrebande n’est point une chose qu’on blâme. Peu de gens aujourd’hui mettent dans un contrat le vrai prix de la vente. Le gouvernement trompe, et qui le peut tromper est approuvé de tous. Il enseigne lui-même la fourbe, le parjure, la fraude et l’imposture. D’un empire si saint la moitié n’est fondée. »

Paul-Louis Courrier, extrait de la Gazette du village (1823)

Calendrier perpétuel, hélas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s