FABRICE BOURLAND, GILLES BORNAIS & JEAN LUC BIZIEN & LE FANTASTIQUE

Le savanturier en chef Jean-Luc Boutel a écrit :

Ah ! Chers amis, malgré cette missive un peu tardive c’est encore le cœur gonflé d’émerveillement que je viens ici vous parler de cette soirée du Jeudi 28 Juin. Un « atelier des mots & curiosités » dont le maître de séant a le secret et qui fut l’occasion de célébrer trois auteurs au talent incontestable. Dans un cadre plus qu’agréable et ce, grâce à la gentillesse et la disponibilité de Prune Victor dont je voudrais ici remercier l’implication, nous avons donc devisé entre passionnés et curieux autour de ces trois auteurs dont le point commun et non des moindres, est une forte empathie pour les littératures policières. Trois univers différents, ou presque, trois sensibilités réellement inspirées et trois styles d’écriture précis, concis ne supportant pas la médiocrité. Le lecteur peut de ce fait aborder aussi bien Fabrice Bourland, Jean luc Bizien ou Gilles Bornais avec la garantie que le plaisir sera toujours au rendez-vous et découvrir trois héros évoluant dans un monde de tout les possibles, un monde passionnant en pleine mutation face à une science balbutiante ou plane encore une relent de superstition. Car voyez vous le cadre historique du héros de Jean Luc Bizien l’aliéniste Dr Bloomberg et celui de Gilles Bornais le détective Joe Hackney, évoluent qui à Paris, qui à Londres en cette fin du XIX éme siècle, et sont les acteurs d’une époque à cheval entre deux siècles et où l’on évolue entre deux mondes aux limites un peu floues, entre l’aspect rationnel de ces personnages principaux et de la science qui les anime (méthodologie policière, médecine psychiatrique, rationalisation des faits) et l’univers interlope de ces mégalopoles nourries de croyances populaires et de légendes urbaines . Pour Fabrice Bourland qui lui a fixé toute son attention pour un Londres des années 30, il existe également une sorte de frontière que les deux héros, Andrew Singleton et James Trelawney, franchissent allégrement, faisant fi de toute rationalité car à l’inverse des personnages précédents, leurs investigations les conduiront dans les territoires obscurs du fantastique et des sciences occultes. Mais ce qu’il y a de formidable à mon sens, bien que seulement un de ces trois auteurs ait choisi la voie des « détectives de l’occulte » c’est qu’au final l’ambiance de leurs romans (en ce qui concerne les textes policiers) est toujours à la limite du fantastique, baignant dans une ambiance glauque et sordide. Les descriptions des quartiers populeux, la violence de certains crimes ou la description de tel lieu ou de tel personnage, sont toujours imprégnées d’une touche, irréelle, surnaturelle. Personnellement, ce n’est pas l’apparition du monstre qui forcement me plait, c’est le décor dans lequel évolue le personnage que je trouve intéressant. Le pouvoir de la suggestion est beaucoup plus fort que l’élément final et Robert Wise dans « La maison du diable » ne s’y est pas trompé… mais je m’égare !

Fabrice Bourland & Jean-Luc Bizien

La soirée fut donc instructive puisque ces trois charmants écrivains, agréables et sympathiques, ont partagés avec les personnes présentes, la façon dont ils travaillent, l’ambiance dans laquelle ils rédigent leurs livres, leurs influences et leurs projets, l’occasion également pour deux d’entre eux de nous parler d’un tout autre aspect de leur écriture, bien éloigné de cette thématique mais tout aussi instructif. Ces soirées sont toujours l’occasion d’être au plus près des auteurs, de pouvoir discuter librement de leurs œuvres et de partager en quelque sorte des instants d’intimités. Un privilège rare qu’il nous faut apprécier à sa juste valeur. Je sais que pour ma part, lors de festivals littéraires, il est toujours difficile d’aborder avec autant de décontraction les auteurs que j’affectionne tout particulièrement. Il y a la foule, les bousculades, le bruit, et lorsque qu’il nous est possible d’échanger de manière souvent furtive quelques bribes de paroles, on tombe rapidement dans les lieux communs, pressé par le temps et les autres lecteurs avides de dédicaces qui jouant des coudes vous font comprendre parfois que le temps n’est pas à la discute…

Maud & Jérémie, autour du dessin…

Pour l’occasion à l’atelier, pas de stress, un véritable dialogue s’instaure dans la douce quiétude d’un cadre tout à fait propice et entouré de gens charmants avec qui nous partageons une passion commune.

A part Fabrice Bourland que j’avais déjà rencontré au festival de Bagneux et avec qui j’avais longuement discuté, j’ai ainsi eu l’occasion de rencontrer Gilles Bornais et Jean-Luc Bizien pour la toute première fois. Rencontre que j’avais certes déjà effectué en parcourant une partie de leur œuvre, mais cette rencontre « en chair et en os » ne fit que confirmer toute cette ferveur et cette passion d’écriture qui anime ces trois formidables faiseurs d’histoires. De bien belles personnes, véritablement investies par ce désir intense d’écrire et d’en faire partager les lecteurs avec cette simplicité extraordinaire qui non seulement les rendent accessible mais partagent avec vous des moments extraordinaires où il nous est possible nous, simples lecteurs, de pénétrer plus avant dans le métier d’écrivains.

Gilles Bornais & ses amis lecteurs

Anecdotes, références diverses, problématiques pour se faire éditer ou faire accepter un roman… autant d’éléments intéressants qui jalonnent parfois ce véritable parcours du combattant que doivent effectuer les auteurs, une petite visite de cet « envers du décor » dont il est parfois intéressant d’en comprendre les rouages.

Fabrice Bourland & Jean-Luc Bizien

Bonne humeur et décontraction furent les maîtres mots de cette formidable soirée, ponctuée par un buffet des plus savoureux, une occasion supplémentaire d’approcher cette « triplette » fantastique et d’échanger quelques impressions de lecture et de poser de nombreuses questions.

Gilles Bornais & Eric Poindron

Merci à Eric Poindron de ce magnifique « Cadeau », des instants rares et précieux qu’il nous faut savourer goulûment avec ce sentiment de partager quelque chose d’unique et de fort, en compagnie de personnes exquises qu’il me tarde de revoir très rapidement.

Un grand merci à Fabrice Bourland, Jean Luc Bizien et Gilles Bornais, votre présence fut des plus appréciée et pour un lecteur, quoi de plus jubilatoire que d’ouvrir un de vos romans et, l’espace de quelques heures, s’immerger dans un autre univers et de nous faire oublier tout le reste.

Au plaisir chers amis et à très vite dans une de vos prochaines aventures !

Fabrice Bourland & Jean-Luc Boutel en conversation  savanturière »

 Et Jean-Luc Bizien d’ajouter :

Plaisir partagé, avec la bienveillante complicité du maître de cérémonie et de notre ravissante hôtesse.

Ce fut un vrai bon moment, que je conserve en mémoire, parmi les meilleurs de ma carrière. L’occasion de revoir quelques complices de plume et de partager – ce dernier point étant au final assez rare pour être noté.

Mille amitiés à vous tous !

 Esti  à la réalisation et Jean-Luc Bizien à la réflexion…

Les photographies sont de Daniel Nguyen © ; qu’il en soit remercié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s