TÉLÉGRAMMES…

Les quelques dernières nouvelles inutiles donc essentiels… 

– Des « ummoristes  » chez les ufologues, c’est à découvrir ICI

– Découvrir « Ouranopolis » de Anne et Patrick Poirier, ou l’exploration d’une bibliothèque universelle aux allures de soucoup volant, c’est ICI

– Une réflexion de Gilles Lapouge – dont on vient de rééditer le premier et beau livre Un Soldat en déroute aux éditions Pierre-Guillaume de Roux – sur le masque est la transgression est à découvrir ICI

– Pour vous promener comme un badin savant virtuel, et découvrir les archives secrètes  et de l’exceptionnel bibliothèque de l’Inguimbertine, Carpentras – qui n’est pas sans rapport avec les damnés farfadets du Sieur Alexis Vincent Charles Berbiguier de Terre-Neuve du Thym, dit Berbiguer – que votre serviteur évoque dans De l’égarement à Travers les livres,  on clique ICI 

– Pour découvrir un certain esprit de la Mythologie volatile & les réjouissants collages de René Appalec, chirurgien plasticien sur le papier, on clique ICI

– Quand j’étais qu’une jeune fille, il y a lurette, je m’intéressais beaucoup aux choses de l’ancien temps. C’est pourquoi j’avais un amoureux que je voyais en cachette, il s’appelait Astolphe. Mes parents m’avaient interdit de le fréquenter parce qu’il était sicroumeux. Les sicroumeux dans la région de Saumur, c’était les albinos, ça portait malheur. Quand on en croisait un, fallait dire une prière ou se faire vite cracher derrière l’oreille. Ils avaient même un coin à part au fond de l’église et fallait qu’ils arrivent cinq minutes après nous et qu’ils partent cinq minutes avant pour qu’on les croise pas. Autant vous dire que si on m’avait pincée avec mon amoureux, on m’aurait fourrée tout droit au Bon Pasteur pour apprendre la broderie et à laver par terre. Alors, c’est la nuit en cachette que je le voyais. […]

Je l’ai retrouvé l’année dernière, mon petit carnet, et comme je ne voudrais pas que tous ces mots soient perdus, je les ai rangés dans une sorte de dictionnaire, à la mémoire de tous ces vieux-là, disparus sans avoir beaucoup vu la lumière du jour. Je l’ai un peu complété avec tout ce que j’ai appris depuis, et d’aucuns m’ont donné des citations que je ne connaissais pas. Vous reconnaîtrez quelques mots qu’on utilise encore comme trupionne ou cul-pelette, mais la plupart sont oubliés et c’est bien dommage parce que des fois je pense à Astolphe, et ça me manque.

Ausssi, pour en savoir plus sur le Glossaire du patois des Troglodytes-du-Dessous de Ernestine Chassebœuf, on clique ICI

– Enfin, pour ceux qui ne partent pas en vacances, et qui malgré tout aspire à l’océan ou à la campagne, votre serviteur, alias « le curieux gardien » vous invite à découvrir les gravures remarquables de Konstantin Kalynovych, et vous offre « à rêver »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s