PROMENADE

Même inexacte, l’excentricité de notre famélique poète a bien fier allure… Un jour ordinaire ou moins, dans le jardin du Palais-Royal, on raconte que l’on vit Gérard de Nerval, le nyctalope et le voyant, traînant un homard vivant au bout d’un bleu ruban. L’histoire insolite circula dans Paris et, et comme les uns, les autres, et les amis s’étonnaient :

« En quoi, répondit l’auteur de El desdichado, un homard est-il plus ridicule qu’un chien, qu’un chat, qu’une gazelle, qu’un lion ou toute autre bête dont on se fait suivre ? J’ai le goût des homards, qui sont tranquilles, sérieux, savent les secrets de la mer, n’aboient pas… »

480169_10151738856051632_1890076824_n

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s