CLAUDE SEIGNOLLE & « LA NUIT DES HALLES »

Si vous êtes comme moi, un amateur de curiosités et de choses rares, alors allez vite faire un tour sur ce lien et vous y découvrirez l’interview d’un personnage vraiment fascinant. En fait vous allez découvrir un petite facette de deux individus incroyables : Claude Seignolle et Eric Poindron. J’ai toujours été émerveillé par les gens de lettres, les vrais, ceux qui ne font pas beaucoup de bruit, qui utilisent les mots ave élégance et facilité. Je suis admiratif du langage et, bien que ne sachant pas l’utiliser avec autant d’aisance et de sobriété, je suis éperdument amoureux de la musique des mots, la couleur des phrases et la texture du vocabulaire. Nous découvrons donc dans ces lignes tout l’amour d’un homme cultivé et passionnant, pour un auteur qui, bien que très discret est pourtant à la tête d’une imposante bibliographie. J’avais découvert Claude Seignolle il y a de cela plusieurs années et cette soif de mystère et de fantastique ne pouvait que me diriger vers cet auteur mêlant de façon érudite folklore et fiction. Un homme profondément enraciné dans notre terroir et dont le talent fait resurgir de manière saisissante tout se patrimoine culturel de contes et de légendes dont notre pays peut s’enorgueillir. Mais au-delà de l’histoire, il y a les mots et le fait de parcourir cet entretien, m’a redonné l’envie de me replonger dans l’œuvre de M. Seignolle. En reprenant la lecture de  La Nuit des halles, je me rends compte à quel point j’étais passé à coté d’un ouvrage vraiment extraordinaire et d’une sensibilité extrême. Élégant mais jamais maniéré, sobre tout en étant puissant et poétique à la fois, des textes empreints d’une grande générosité de cœur et de sentiments. L’amour y flotte comme une étrange odeur de parfum douceâtre et entêtant comme la mort. Des personnages s’y meuvent et leurs destins marqués par une rencontre aussi soudaine que durable ne pourront être que source de souffrance et de mélancolie. Douleur de l’âme et de l’esprit, corps graciles et fantomatiques rencontrés au coin d’une rue au hasards d’une errance nocturne, compagnon de route d’un énigmatique et silencieux personnage, vie éternelle dont le destin se trouve enfermé dans la flamme tremblotante d’une bougie, quête improbable à la recherche d’une figure folklorique, la mort dans La Nuit des halles est d’une présence permanente, réclamant son dû pour chaque histoire, comme pour mieux nous rappeler que nous faisons partie intégrante d’un cycle dont la fin est presque toujours inéluctable.

Claude Seignolle est un magicien des mots, nous ne pouvons que boire ses phrases avec une grande avidité, car elles coulent en nous de façon onctueuse et rafraîchissante et sont la promesse d’agréables moments de lecture, riches et captivants. Un auteur qui nous fait aimer encore plus la littérature et qui, personnellement, illumine mes journées dans la perspective de tenir entre mes mains un de ses ouvrages. Un grand merci à Eric Poindron * de nous donner l’opportunité dans sa prometteuse collection « Curiosa & caetera » de (re)découvrir toute la magie de ce fascinant et talentueux personnage.

Par Jean-Luc Boutel

La Nuit des halles de Claude Seignolle. G.P.Maisonneuve et Larose, éditeurs. Mille exemplaires sur Alfa mousse.1965.

Au Château de l’étrange de Claude Seignolle. Castor Astral, collection « Curiosa & caetera » 2011.

* Pour l’entretien autour de Claude seignolle avec Eric Poindron ON CLIQUE ICI 

9782859208387fs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s