APHORISMES OU PRESQUE

Ce petit mot, comme ça, en passant de l’ami Claude Seignolle qui vaut aphorismes…

238606_14798708_460x306

Cher Vieux Fou,

Après avoir béatement subi le charme évanescent de ton texte internautique voici, en toute innocence, quelques lignes terre à terre de mes pensées, hélas bien plates.
Mais fais avec, je ne vais pas fouiller tout mon magasin pour te dénicher l’article génial que tu prêtes à mon esprit jouant « relâche ». je retourne aux champs paisibles à
l’ombre de mes blés sereins.

– Avec l’âge l’esprit ponds sans cesse des oeufs de soucis que l’on couve malgré soi.
– Chaque matin on nait du ventre de son lit.
– Si on ne fait rien dans sa vieillesse, je me demande quand on fera quelque chose ?
– La critique voit trop souvent où il n’y rien à voir
– Il faut vivre coûte que coûte afin de ne pas faire de peine à ceux qui vous aime.
– Lorsque je lis une glose universitaire ardue c’est comme si je baisais une belle fille sans parvenir à jouir.
– Faire de « tout un peu » donne de « rien beaucoup ».
– Sa méchanceté le faisait se mordre lui-même.
– Un livre de moi dans la bibliothèque des autres c’est comme mon regard chez eux.

La dessus, lèche-toi la plante des pieds et passe une bonne nuit.

Claude

9782859208387fs

Dans la collection « Curiosa & cætera » À DÉCOUVRIR ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s