PARIS FLÂNERIE

« Les berges aux bouges crapuleux qu’aimait Jean Lorrain ont disparu ». Ainsi commence une phrase d’Apollinaire, dans Le Flâneur des deux rives, le poète qui, sur ses doigts, comptait les vers… Paris, l’humeur de la ville, la rue lumière et clair obscur.
C’est un autre poète, qui me l’a dit. « Tu verras, les bardes de Paris sont provinciaux, métèques ou auvergnats. Assurément,ce sont eux les parisiens. Ils fréquentent les sous-sols, gravissent les façades, les toits et l’Histoire… Ce sont eux tu verras. »

560629_10151117261891632_1312184848_n

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s