VICE & VÉLO

C’est déjà, hélas, le tour de france. Et comme le curieux gardien est à la page, il vous suggère de le suivre à la trace et de rouler dans sa roue. Pour ce les lecteurs et les rouleurs de fond s’empresseront de découvrir Bicyclette est organe génitaux, du Docteur Ludovic O’Foulewell, dernier opus des editions LE PAS D’OISEAU, maison de bonne volonté à défaut d’être de tolérance. Vous vous posiez des questions sur la petite reine, le bon docteur – auteur, il est bon de le rappeler de déshabillez-vous ou soixante de la vie d’un médecin et Des punitions chez les enfants, entre autres pensum cocasso-passérieux –  y répond avec science et précision. enfin vous saurez tout sur : la selle, les méfaits du corsets, de l’utilité du suspensoir, influence sur le périnée, à quel âge commencer à monter, le sport cycliste resser les liens (??), nymphomanie et cyclomanie, le coït et la bicyclette – diantre ! -, le syndrome de la machine à coudre, ou les ischions – pour les ignorants ou ceux qui n’on pas terminé leur médecice, Les larges orifices situés dans l’ischion des deux côtés du bassin au-dessous du pubis sont appelés trous ischio-pubiens….

En 1900, la toute jeune médecine du sport est secouée par un débat autour d’une pratique qui se généralise : la bicyclette. Certains l’accusent de tous les maux et voient même dans cet engin une menace nouvelle sur la natalité déjà en berne de la France. La fréquentation assidue de la selle menacerait la virilité masculine et pourrait nuire à la fertilité des femmes.
Et surtout, en pleine naissance du féminisme, la bicyclette ne serait-elle pas un autre outil d’émancipation ? La femme prenant du plaisir sexuel sur sa petite reine – comme elle le fait pense-t-on alors sur la machine à coudre – ne serait-elle pas tenté de déserter le lit conjugal au risque d’accélérer le déclin de la France ? Le cyclisme féminin devient une question de défense nationale !
Rien de tout ça pour le Dr O’Followell ! C’est un moderne qui contribue au débat en voyant dans la bicyclette une chance pour tonifier les organes – tous les organes –, rapprocher les couples, lutter contre l’alcoolisme dévastateur et repeupler le pays.
Merci docteur !

En plus de m’offrir son ouvrage réjouissant, l’éditeur aimable, Henri Taverner, joint à son envoi un mot tout aussi aimable que je vous livre en partie :

Vous avez entre les mains notre petit dernier , tout frais et les fesses roses bien posée sur cette selle hermaphrodite – pour comprendre, il faudra au moins vous offrir la couverture. Note du gardien – qui illustre à la fois le sujet et notre manière de nous pencher sur le vélo.

L’heure approche où la presse va se charger de faire de chaque lecteur un fin chimiste en produits illictes ou un moraliste du petit braquet au passage surcommenté du Tour de France – Tiens le brave et fort lucide éditeur pense comme moi ! Toujours note du gardien.

Prenez avec nous un autre parti-pris, celui qui consiste à s’intéresser d’abord au petit véhicule (c’est le nom de la collection) avec cette curiosité initalement parue en 1900 et dont nous avons pris soin de confier la la présentation à un historien-américain-cyciste-bilingue, Christopher Thomson.

Surtout de faites pas l’impassesur son introduction – sic ! encore le gardien – qui, sans plomber la suite, situe parfaitement le contexte dans lequel cette étude médicale est parue.

Bonne route en compagnie du bon docteur ludovic O’Followell.

Merci d’avance de contribuer à faire connaitre ce livre – C’est ce que je fais, aussi et maintenant c’est à votre tour ! dernière note du gardien. pour cette fois.

real-life-pinup-8-640x433

Et le curieux gardien de signaler aux vélodidactes, vélocycleurs ou vélociférants de tous poils, que les éditions LE PAS D’OISEAU ont aussi édité Ubu cycliste rassemblant les Ecrits vélocipédiques d’Alfred Jarry.

A signaler aussi que la sémillante et talentueuse Valérie Millet qui anime LES EDITIONS DU SONNEUR a édité quelques livres sur le sujet qui nous préoccupe qu’il vous faut découvrir de toute urgence.  Donc, toujours dans la série, « il n y a pas que le tour de France dans la vie », on pourra lire – non on lira ! :

La Tentation de la bicyclette, de Edmondo de Amici (« la pettie collection). « Je dis les amertumes que me procura la bicyclette, afin d’apporter, je l’espère, un réconfort à ceux qui les ont éprouvées, et pour aider les autres à les éviter ou à s’en libérer. ». C’est le moment d’enfiler sa bicyclette et de filer chez votre libraire afin de découvrir ce court texte truculent et grinçant comme un pédalier rouillé…

1890 bicycle with nude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s