SI…

Si le poète se décourageait,
les feuilles tomberaient des arbres –
et leurs branches prendraient
le profil de potences.
Si le poète se décourageait,
les femmes enceintes
ne donneraient plus la vie,
ne donneraient plus jamais la vie.
Mais de grâce et de misère, le poète,
de grâce et de misère,
meurt toujours, toujours,
avant de se décourager.

Nichita Stănescu, Art poétique

1458680_10152390654421632_155353865_n

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s