A LA LUNE

Désormais, je parlerai toutes les nuits. A moi-même. A la lune.
Je marcherai, comme je l’ai fait ce soir, jalouse de ma solitude, dans le bleu argenté de la lune glaciale, qui miroite sur les congères de neige fraîche en renvoyant des milliers d’étincelles.
Je me parle à moi-même en contemplant les arbres sombres, d’une bienheureuse neutralité.
C’est tellement plus facile que d’affronter les gens, que de devoir paraître heureuse, invulnérable, intelligente.
Tous masques ôtés, je me promène en parlant à la lune, à cette force neutre et impersonnelle qui n’entend pas, mais se contente tout bonnement d’accepter mon existence.

Sylvia Plath, Carnets intimes.

ballets

Oeuvre de Aurélien Police

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s