TENTATIVE D’ÉPUISEMENT D’UN LIEU…

A Georges Perec, écrivain à la plume de lynx

Tentative – photographique – d’épuisement d’un lieu… strasbourgeois, par exemple…

strasbourg21

BarrageVaubanStatue2

1422680_4863324400569_1738627075_n

Déclinaisons autour du Barrage Vauban

N. B.  Tentative d’épuisement d’un lieu parisien est un livre fin, et même très fin, de de Georges Perec (1975) aujourd’hui édité par Christian Bourgois
En octobre 1974, Georges Perec s’installe place Saint-Sulpice, dans le 6e arrondissement de Paris. Pendant trois jours d’affilée et à différents moments de la journée, il tente de prendre note de tout ce qu’il voit. Il en établit ainsi une liste représentant la vie quotidienne, sa monotonie, mais aussi les variations infimes du temps, de la lumière, du décor, du vivant.

« Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice, par exemple : une mairie, un hôtel des finances , un commissariat de police , trois cafés dont un fait tabac, un cinéma, une église à laquelle ont travaillé Le Vau ,Gittard , Oppenord , Servandoni et Chalgrin et qui est dédiée à un aumônier de Clotaire Il qui fut évêque de Bourges de 624 à 644 et que l’on fête le 17 janvier, un éditeur , une entreprise de pompes funèbres, une agence de voyages, un arrêt d’ autobus , un tailleur, un hôtel , unefontaine que décorent les statues des quatre grands orateurs chrétiens ( Bossuet , Fénelon , Fléchier et Massillon ) , un kiosqueà journaux, un marchand d’objets de piété , un parking, un institut de beauté, et bien d’autres choses encore.
Un grand nombre, sinon la plupart, de ces choses ont été décrites inventoriées, photographiées, racontées ou recensées. Mon propos dans les pages qui suivent a plutôt été de décrire le reste : ce que l’on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n’a pas d’importance : ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages. »

Georges Perec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien. 

2 commentaires sur “TENTATIVE D’ÉPUISEMENT D’UN LIEU…

  1. Michel Wallon dit :

    Avec ses hauts arbres qui abritent un square, avec son Café de la Mairie et son Café de la Place, son épicerie et sa maison de la Presse, la place Sathonay de Lyon a quelque chose de délicieusement provincial. Elle mériterait qu’on s’y installe un bon moment et qu’on fasse pour elle ce que Georges Pérec a fait pour la place Saint-Sulpice à Paris.

    J'aime

  2. Eric Poindron dit :

    Un bel épuisement à imaginer, en effet, cher Michel.
    Eric, alias « Le curieux gardien ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s