FANTÔMES DE GRUYÈRES

 Un groupe de recherches sur les phénomènes paranormaux s’intéresse au château de Gruyères, où il a pris une photo «anormale». Visite des lieux en sa compagnie.

A priori, on aurait plutôt envie d’en rigoler. D’arriver en fredonnant la musique du film. Mais Massimo, fondateur et président de XBI Paranormal Investigations, a beau arborer le sourire avenant et l’enthousiasme volubile, il se montre on ne peut plus sérieux: «Nous ne sommes pas des chercheurs de fantômes.» Plutôt des enquêteurs sur les phénomènes paranormaux, basés en France voisine. Après Chillon, où ils ont travaillé récemment, ils vont lancer une recherche au château de Gruyères.
« Nous intervenons à la demande de particuliers ou sur des lieux historiques qui nous attirent », indique Massimo (il préfère ne pas donner son nom de famille ni sa profession). Il y a un mois, une balade à Gruyères les a convaincus: le château mérite d’être examiné en détail.
Cette sensation a été confirmée par une photo, toujours lors de cette visite de décembre. Sur le moment, Massimo ne voit rien de particulier, mais, sur l’image, apparaît ce qu’il appelle une « anomalie ». Prise à l’entrée du chemin de ronde (à côté de la chapelle), la photo montre une tache lumineuse, qui ressemble à un reflet bleuté… ou à une silhouette féminine, estime-t-il. XBI Paranormal Investigations a donc contacté le château, qui a accepté sa requête.

0.05647100_1389628425

Romains et exécutions
Deuxième étape de l’enquête, après ce premier contact: la rencontre avec le conservateur, pour une visite guidée des lieux. Vendredi dernier, Massimo et sa collègue Isabelle ont ainsi repéré les endroits du château qui les attirent. C’est qu’il possède un don de medium, depuis tout petit, affirme-t-il. « Ma grand-mère l’avait et ça saute une génération. »Concrètement, il prétend «entendre» et « voir » des « entités » restées dans certains lieux après leur mort ou liées à des objets. « Nous ne les chassons pas. S’il le faut, nous pouvons juste leur expliquer qu’il serait mieux qu’elles partent. Après, elles décident. Si elles sont restées, c’est qu’elles ont une raison .»
Sur l’esplanade du château, déjà, Massimo se montre catégorique: « Je vois des Romains… Il y a eu des Romains, ici. » Passé le chemin de ronde où a été prise la photo « anormale », on entre dans les jardins à la française. «Ils devaient exécuter des gens et les montrer publiquement… En tout cas, je ne me sens pas bien .» L’arrêt ne dure pas. « Moi, c’est un endroit où je me suis toujours bien senti », relève de son côté le conservateur Raoul Blanchard.

Souvenir de la Belle Luce
A l’intérieur, visite d’une pièce fermée au public. «Est-ce que vous ressentez quelque chose?» demande Raoul Blanchard. « On a enfermé des gens? » s’interroge Massimo. Le lieu a effectivement servi de prison. Des graffitis en témoignent. Une fois ressorti, le medium ajoute: «Cet endroit me donnait le tournis. Mais peut-être est-ce aussi parce que le sol n’est pas plat…» Manière de rappeler une donnée de base : pour tout phénomène, mieux vaut d’abord chercher des explications rationnelles. Un courant froid dans un château vient peut-être d’un défaut d’isolation, pas d’un esprit…
Au moment d’entrer dans la chambre de la Belle Luce, Massimo est catégorique: « Là, il y a quelqu’un, c’est clair. C’est une femme et elle a mal fini. Elle a passé beaucoup de temps à regarder par cette fenêtre. » « Ça confirmerait donc la légende de la Belle Luce », commente Raoul Blanchard. Cette pièce sera une des priorités de l’investigation à venir.

« Il se croit chez lui »
Le salon de musique, que Massimo et Isabelle avaient repéré dès leur première visite, en sera une autre. « Ici, il y a un homme et il se croit bien chez lui… » La pièce attenante, dite salon Furet, attire Isabelle: « Moi, j’ai un problème ici. Qui est-ce ? » demande-t-elle devant un portrait d’enfant. « On ne sait rien de lui», répond Anita Petrovski, collaboratrice de Raoul Blanchard. Le prie-dieu perturbe Massimo: « Il a une mauvaise énergie. »
Vers la fin de la visite, Massimo refuse d’entrer dans la Tour du prisonnier. « Il y a trop de souffrance .» Isabelle se montre fatiguée: les entités ont la faculté d’épuiser les médiums. Et pas seulement: il paraît que les batteries des appareils de mesure (lire ci-dessous) peuvent se vider en quelques secondes. « Elles prennent l’énergie où elles la trouvent, y compris chez nous », souligne Massimo. Qui conclut la visite en se réjouissant de venir approfondir les recherches, mais se montre rassurant: « En tout cas, je n’ai rien senti de négatif. »

 L’aide de la technologie
Créé en 2005, le groupe XBI Paranormal Investigation est essentiellement actif en France, où il est basé, et en Italie. Fort d’une vingtaine de membres, il se veut le plus scientifique possible (pour autant que le terme ait un sens dans ce domaine) en recourant notamment à la technologie: détecteurs de mouvements, de champs électromagnétiques et de vibrations, caméras infrarouges, enregistreurs… Ces instruments seront utilisés au château de Gruyères, la nuit où se déroulera la phase d’investigation proprement dite.
Contrairement à d’autres chercheurs sur le paranormal (ils pullulent sur internet), XBI ne se fonde pas uniquement sur ces appareils. «Ils sont là pour corroborer nos sensations», précise Isabelle, membre du groupe. Comme Massimo, fondateur et président, plusieurs participants aux recherches affirment en effet bénéficier d’un ressenti de medium. D’autres, explique-t-il, sont plus sceptiques. Une composante utile quand il s’agit de commencer par voir quelle explication rationnelle pourrait être donnée aux images, sons ou variations électromagnétiques anormales.

Rico Weber et son fantôme
Après la rencontre, la semaine dernière, avec les responsables du château de Gruyères, l’enquête se poursuivra (à une date encore indéterminée) dans le noir complet, afin d’éviter « toutes les sources de contamination » qui pourraient fausser les enregistrements. Les enquêteurs auront ensuite des heures d’images et de sons à analyser. En Suisse, le groupe a récemment effectué ce travail au château de Chillon. « Il nous reste cinq heures de vidéo à visionner. »
Entièrement bénévole, XBI agit « par passion » pour ces phénomènes paranormaux. Et se réjouit de l’accueil reçu à Gruyères : « Tout le monde n’a pas cette ouverture.» Est-ce à dire que du côté du château on avait entendu parler de revenants dans ses murs? « Nous n’avons jamais eu de témoignage précis ni régulier, relève le conservateur Raoul Blanchard. Mais c’est le genre de phénomènes dont on nous parle parfois. » Et d’ajouter en clin d’œil au sculpteur disparu en 2004: « Je me souviens que Rico Weber évoquait toujours le fantôme du château de Gruyères… » EB

 © Eric Bulliard pour La Gruyere.ch

Castle-of-Gruyeres-by-night-Pierre-Schwaller-lyoba.ch-Copy-600x400

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s