ECRITURE & PAGAIE

C’est l’été et, c’est le moment ou jamais de se mouiller. C’est le moment de sortir kayaks, barques, canots ou canoés  en chantant « à la claire fontaine…»

11167669_10153850680706632_3829000401881654355_n-1

Votre serviteur & curieux gardien vous recommande les lectures de :

En canoë sur les rivières du nord de Robert-Louis Stevenson, Actes Sud, collection « Babel »

Entre 1875 et 1879, Stevenson et son ami Walter Simpson effectuent un périple d’Anvers à Compiègne, sur les canaux et les rivières du nord. Le du aventureux descend l’Escaut, la Sambre et l’Oise en canoë. Dans ces contrées bien peu exotiques, et un an avant son Voyage dans les Cévennes, Stevenson, il découvre l’âme des campagnes françaises, à travers mille rencontres et aventures. Son récit de voyage est aussi un amusant document sur la France rurale du siècle dernier.« Je veux, pendant un certain temps, faire un plongeon dans de nouvelles conditions d’existence, comme on plonge dans un autre élément. Je n’ai rien à faire avec mes amitiés et mes affections pendant ce temps. Lorsque je suis parti, j’ai laissé mon cœur à la maison, dans un bureau, ou bien je l’ai expédié avec mon porte-manteau m’attendre à destination. […] Mais j’ai dépensé tout cet argent, voyez-vous, et donné tous ces coups de pagaie à seule fin d’être au loin. (…) Les belles aventures ne sont pas celles que nous allons chercher au loin »

Comment ne pas évoquer aussi le jeune Siménon qui, en 1928 décida de visiter la France par les Canots et els rivières. il acheta, pour ce, une embarction de cinq mètres équipée d’un moteur, et un canoé pour son équipement et sa tente. il fit embarquer son épuse  » Tigy », Henriette Liberge, dit « Boule », sa cuisnière et le chien Olaf et la machine à écrire sur laquelle il tapera au grand air. Siménon se servira de ses six mois entre deux berges pour écrire, entre autres, Le Charretier de la «Providence», dont l’action se passe en champagne, entre écluse et côteaux..

Et comment oublier En canot sur les chemins d’eau du roi, une aventure en Amérique de Jean Raspail (Albin Michel), une livre qui donne des fourmis dans les pagaies…En 1949, Jean Raspail a vingt-trois ans et un rêve : descendre en canot du Saint-Laurent à La Nouvelle-Orléans sur les traces des premiers explorateurs français. Sept mois durant, avec trois compagnons, il va affronter intempéries, accidents et naufrages, tenant chaque soir son journal de bord. De Trois-Rivières au Canada à La Nouvelle-Orléans, sur 2.837 miles de chemins d’eau : le Saint-Laurent, l’Outaouais, le lac Huron, le lac Michigan, le Wisconsin et le Mississippi, ce «voyage d’apprentissage» est un Hymne à la France américaine, Miraculeusement retrouvées, ces notes font revivre ce singulier voyage et cet extraordinaire récit où l’on croise Champlain, Le Moyne d’Iberville, le père Marquette, Cavelier de la Salle, mais aussi les officiers du Roi, les garnisons des forts…

Alors, à l’instar André Suarès, le Condottière qui déclarait « j’ouvre les livre pour apprendre, je les referme pour vivre » il faudra pagayer ou lire. Oui, il faudra choisir…

wp_20130112_16_08_55_cinemagraph

2 commentaires sur “ECRITURE & PAGAIE

  1. Phédrienne dit :

    Merci pour cette jolie leçon aquatique : )

    J'aime

  2. Francesca dit :

    Cet article est follement incitatif, alors je choisirai de lire ; juste en sortant des neiges et des tempêtes des trois Jon Kalman Stefansson dans lesquels je suis plongée en ce moment… Merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s