IMMORTALITÉ MÉLANCOLIQUE

Baudelaire avait une obsessionnelle et sainte peur de ne jamais mourir et de connaître le désespoir suprême jusqu’à la nuit des temps ; en écho conceptuel, Jean Starobinski imagina la notion d ‘« immortalité mélancolique » , où quand le spleen, porté à son comble, sait ou croit savoir que la mort n’y changera décidément jamais rien.

Il n’y a guère, Isaac Bashevis Singer, l’écrivain qui conversait avec les fantômes, dit un jour à l’immense critique Edmund Wilson qu’il croyait en l’existence d’une forme de survie après la mort. Wilson, sceptique et définitif répondit que la survie ne l’intéressait guère. Non, non, ça suffit comme ça, merci. Singer rétorqua, définitif à son tour : « Si une survie a été prévue, vous n’aurez pas le choix de toute façon… »

Ou en êtes-vous ; ou en sommes-nous ?
Sky-gif-Sky-clouds-gifs-GIFS-myspace-gifs-Pejza_C5_BCe-beautiful-MY-BACKGROUNDS-romanticsexy-Beautiful-Pic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s