AZERTY

Monsieur Samuel Francis, de New-York, a inventé une machine qui est destinée à tracer l’écriture :

L’opérateur joue sur un clavier de trente-six touches qui correspondent. aux lettres de l’alphabet ; aux accents, aux points et à des signes particuliers, l’un pour les capitales, l’autre pour les espaces. Ces touches mettent en mouvement des marteaux sur la face desquels les lettres sont gravées, et qui, rangées en cercle, viennent tous frapper sur la mémo enclume. Le papier, porté sur un chariot entre l’enclume et les marteaux, se meut au moyen d’un échappement qui tourne d’un cran chaque fois qu’une lettre est touchée. L’écrivain est averti – et non AZERTY, NDLR – qu’il est arrivé à la fin d’une ligne par un coup de sonnette ; il presse alors un bouton, et le papier est ramené à gauche, en même temps qu’il glisse en s’éloignant d’une interligne. Après quatre heures de pratique, on écrit aussi vite avec cette machine  qu’avec la plume, et l’on a l’avantage d’avoir deux copies parfaites.

machine-ecrire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s