BOURREAU

 

À l’instant de monter à l’échafaud, il est raconté que André Chénier lisait Sophocle. Quand il vit que le bourreau allait lui lier les mains, le poète corna la page de son livre avant de le glisser dans sa poche.

N.B. On prête la même histoire à Lavoisier et au Marquis de Charost ; était-ce le même livre puisque le bourreau est toujours le même ?

 

f33ded39f152941fa327d0b67d7504e9

 

 

Un commentaire sur “BOURREAU

  1. Michel Wallon dit :

    Peu de bourreaux ont laissé un nom dans l’histoire. Toutefois, on parle encore du bourreau Déqueur, qui impressionnait beaucoup les dames par sa force et ses moustaches gauloises. Rien à voir avec les petits bourreaux d’opérette, le plus souvent originaires de pays méditerranéens, notamment avec les bourreaux grecs, dont on se moquait abondamment : on les appelait les »bourrelets de Grèce ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s