BRAND BRUIT !



Lui, ou presque : Promis si tu te suicide pour de vrai, j’achète un de tes livres !
Moi : Suis en train ; entrain aussi.
Et en train, autrefois, quand lesdits trains savaient prendre le temps de rouler à vitesse réfléchies.
Avec, toujours sous le bras, les poésies de A.O. Barnabooth, et ses « Œuvres complètes », de notre si précieux Valery Larbaud « Prête-moi ton grand bruit, ta grande allure si douce / Ton glissement nocturne à travers l’Europe illuminée / Ô train de luxe […]


giphy
… le voyage est mon sucide, camarade
Mon grand bruit
Ou l’art de filer à la poudre d’escampette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s