SINUEUX LEGER INSECTE COMME UN HOMME

Je voyage sinueux
Léger
rêvassant aussi
A tire d’aile
dans le métropolitain
 
Je voyage dans le métropolitain
Petit lointain
Sinueux
Avec Jacques-Henri Fabre
 
Heure de pointe
Heure de peine
Sans peine
Jamais avec un savant poète
 
Les stations aériennes défilent
Les téléphones grésillent
Et les mendiants mendient
Les nuages ne se prononcent pas
 
Le bonhomme Fabre est là tout entier
Sur mes genoux
Grand ouvert
comme un beau et grand livre
 
Fabre
Bel ami Vieil branche
Vieil ami belle branche
 
Je l’aime celui-là
Comme j’aime
Mes camarades d’admiration
Grimod de la Reynière
Saint François d’Assise
Le grand Buffon
Geoffroy Saint Hilaire
Elisée Reclus le géographe
l’anarchiste
non le géographe
Non les deux
et ses frères
Géographes et anarchistes
Et poète aussi

Et et et 

Redouté & Audubon
Ambroise Paré le sage
Bernard Palissy le poète aux émaux
Et je n’oublie pas
Jamais
Pestalozzi
L’homme simple & d’exception
L’homme avec un grand H, et un O, et un M, et encore un M et un E aussi
qui déclarait
« J’ai vécu moi même comme un mendiant pour apprendre à des mendiants à vivre comme des hommes. »
 
Et tant d’autres
Une cohorte de joyeux camarades
Des inspirés qui ne me lâchent jamais la main
Mes chuchotements et mes lanternes
Mes cailloux blancs
 
Je voyage léger dans le métropolitain
Jacques-Henri fabre sur les genoux
Et à mes côté
Je parcours les planches comme des herbiers
Je sympathise avec les insectes
Ses amis
Qui deviennent mes amis
 
Les téléphones ne grésillent plus
Les insectes font plus de bruit, de beaux bruits
Quels bruits d’insectes dans ce wagon !
Mes lectures sont des pas-à-pas de sept lieux
 
Les mendiants continuent de mendier
Et si Fabre intervenait
Et Pestalozzi
Et les autres
Les grands hommes
Et les hommes tout simplement
 
A mes côtés
Point de Fabre
Mais une jeune femme
multiple
comme une collection d’insectes
Sourire de papillon
Yeux de nuage
Nocturne en plein jour
Et cochenille comme personne
Elle lit au dessus de mon épaule
Je la regarde lire
 
Et si nous étions des insectes
Et si nous sauvions des hommes
 
Je descends
Elle s’envole
A tire d’elle
 
A demain
Jolie demoiselle
Comme un insecte
Je te souhaite le bon jour
Ma nouvelle amie
Chrysalide
Notre « Histoire naturelle »

giphy-1

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s