LANTERNE… MAGIQUE

 

Comme une lanterne… magique

Ce n’était pas à Bruges mais à Trèves
où je visitais la maison natale de Karl Marx.

Je cherchais une lampe magique
avec génie certifié
que je souhaitais offrir à ma mère.

Sur l’enseigne de la vieille échoppe,
il était écrit « Antiquariat ».

Je suis entré
et me suis retrouvé au milieu des livres hors d’âge.
Ils respiraient encore,
dansaient de délicates farandoles,
chuchotaient à grand bruit.

Cet après-midi-là, j’achetai un très vieux livre aux allures de jeune homme,
un petit format,
reliure verte,
tranche écarlate
lettres d’or ou presque,
Ex libris au nom de Saint Marc

et je me fis d’Adelbert Von Chamisso
– et de l’infortuné Peter Schlemihl – un ami.

Je venais de découvrir ma lampe d’Aladin.

L’Étrange Histoire de Peter Schlemihl ou l’homme qui a perdu son ombre
d’Adelbert Von Chamisso
ce texte sans fin,
démésuré
chef-d’œuvre du romantisme allemand,
qui préfigure
sans aucun doute
Kafka de Prague
ses labyrinthes absurdes,
et le mystère de l’identité
lorsqu’il il écrivait :
« On écrit toujours dans une langue étrangère. »

Schlemihl, « l’homme autre »,
qui a un pied sur terre et l’autre dans les nuages.
Cette idée que l’on appelle dans la langue allemande
le Luftmensch, « l’homme de l’air ».

Celui qui flotte, qui s’envole.
L’homme ange,
le poète par excellence.

Sur le chemin du retour
dans la Berline
je lisais dans la nuit

Les orages allemands sont des Sturm und Drang
Les éclairs avaient la grâce des danseuses étoiles
Je lisais entres les ténèbres
Et les lignes tremblantes du chaos chemin

le Luftmensch s’échappa des veilles pages
comme le génie

Il était là-haut
là-bas aussi
Et tout là-haut
Comme le cerf-volant de Benjamin Franklin
Comme le fantôme de Nerval a son gibet
A la recherche de son ombre
Flottant et facétieux

Les nuits d’orage
Je le cherche encore
On ne sait jamais
Avec ces diables de papier

Antiquariat,
oh le joli mot allemand
à la douce & désuète consonance française
pour qualifier une boutique de livres anciens
ou un spécialiste
qui vous tend le livre acheté
en vous chuchotant

« Un fantôme, c’est un secret. »

 

 

giphy

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s