FRÈRES & FLEURS

 

Les pépites du jour à venir seront les premiers pas allègres du printemps, ou du o-hanami 花見, l’observation et la célébration des humeurs de prunus, de cerisier du japon, ou des fleurs simples qui chahutent sur le désarroi du monde.

Et Pascal Quignard d’écrire dans Une journée de bonheur « Tout le monde – du moins à l’occident de ce monde – se souvient de ce fragment de vers que Horace a écrit dans son XIe Ode : Carpe diem. Cueille, extirpe, arrache le jour.
Je veux comprendre ce beau vers mystérieux : pourquoi songer à cueillir le jour ? Ne vaudrait-il pas mieux vivre le moment qui passe, plutôt que de l’arracher à l’intérieur des heures qui se suivent ? »

Cueillons, cueillons, il en naîtra toujours quelque – belle – chose ; mes frères les fleurs.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s