CHARLELISTE

 

CharlElie Couture a écrit
« J’ai des listes plein mon ordinateur. « Charleliste » comme dirait mon ami Eric Poindron. Quand parfois on me demande de choisir (comme j’ai du le faire pour l’émission enregistrée pour Radio Perfecto), c’est là que je puise des idées…
Les indécis le savent bien: choisir est toujours injuste, et même si l’on peut s’expliquer sur les raisons qui poussent à décider de ceci ou cela, choisir est douloureux. Doit-on effacer des souvenirs en finesse, mettre sous silence des humeurs subtiles afin de conserver seulement les références exacerbées ?
Les poètes le savent bien eux qui, bien qu’autocentrés, ont toujours beaucoup de mal à se définir…
J’étais hier au « Marché de la Poésie » place Saint Sulpice / Paris. Au milieu d’eux, j’avais l’impression d’être dans une communauté d’êtres qui font semblant de ne pas voir le présent pour ce qu’il est, avec ce même regard charmant, charmeur, désarmé plein de larmes, aussi inquiets qu’inquiétants, aussi sûrs d’eux qu’envahis par le doute, eux qui veulent parler pour ne rien dire ou plutôt écrire comme on joue de la musique, écrire pour le son des mots, pour la forme des lettres, écrire pour réinventer la langue (voire même écrire pour ne pas avoir à parler). Les poètes se déplacent comme des poussières d’absolu portées par les courants d’air dans l’ère du temps. Ces gens sans argent se foutent d’en avoir ou pas. Dématérialisés, ombres, ils se veulent « Pur Esprit », ce qui ne les empêche pas de se teindre les cheveux, comme on refuse de compter les jours / les années / les siècles, parce qu’ils se rêvent éternellement jeunes. En chapeau de paille ou en costume en lin, avec des robes à fleur ou sur des escarpins, les poètes et poétesses ont des personnalités complexes: un mélange de gêne et d’assurance, d’humilité et d’orgueil, de mégalo et de timidité. Jaloux primaires ou frères d’âmes ils s’aiment autant qu’ils se détestent. Politicly incorrects anarchistes, ou férocement libres, au sein d’une société dans laquelle les rapports humains sont au contraire aplanis. En fait ils sont comme la lumière qui nait de courants positif et négatif, remplis de contradiction, ils voudraient qu’on les distingue mais ils refusent toute forme de concession faite au spectacle…
– Oui mais là, tu parles de ceux qui n’ont pas pris parti, d’autres se veulent militants, se mettre en marche c’est choisir de mettre un pied devant l’autre…
Choisir permet aussi de faire resurgir des moments de la mémoire.
La veille, je suis allé à la signature que faisait Christophe Goffette à la librairie Metaluna. Il m’a raconté que, tétanisé par un événement qui l’avait traumatisé, sidéré pendant deux ans, il avait sombré dans une sorte d’eau profonde, un chaos intérieur qu’on appelle dépression. Il n’arrivait plus à rien faire. Paralysé. Rien n’avait plus de sens…
Un jour, par hasard il a réécouté des cassettes d’interviews qu’il avait faites, et de ces voix ressurgissant du passé, il a retrouvé quasi instantanément une énergie. Il a fait des livres de ces entrevues, et le voilà remonté sur sa Rossinante (peut-être un jour finira-t il le film qu’il a commencé il y a dix ou quinze ans?)
Se plonger dans sa propre histoire n’a pas que des aspects nostalgiques. Un certain nombre de réponses peuvent fleurir comme les graines qui ont germées en filigrane dans le terreau de sa propre histoire.
Bon, sans réinventer la psychanalyse, une vie se nourrit des souvenirs, tel un arbre ayant poussé dans l’humus de sa mémoire.
Bref, si je dois citer dix disques qui ont « changé ma vie », je citerais des albums que j’écoutais quand ma vie était en devenir…

Certes aujourd’hui je ne les réécoute que très rarement, pourtant quand je viens à les entendre, ils me replongent instantanément dans l’humeur de celui que j’étais à l’époque :

 

1 – Serge Reggiani –Album n’2
2 – Ascenseur pour l’échafaud / Miles Davis
3 – The rock machine turns you on- (Compilation Rock assez psychédélique 1969)
4 – Double blanc / Beatles
5 – After Math / Rolling Stones
6 – Blues from Laurel Canyon / John Mayal
7 – Atom heart Mother Pink Floyd
8 – Blonde on blonde / Dylan
9 – Transformer / Lou Reed

10 – In the heart of Saturday’s night /Tom Waits.

 

CharlElie, Juin 2018.
CharlElie couture, enregistrement 23e album, Midilive Studios juin 2018

Un commentaire sur “CHARLELISTE

  1. lesur dit :

    Il y a des jours et puis des nuits, des jours nuits aussi ,
    aujourd hui journée adversité avec un grand A,
    J ai puisé au plus profond au plus vrai,

    La grâce d une voix il y a une heure m’ a offert un ptit moment de joie,

    Et je repars dans mon chaos, le mien et, l’ autre chaos,
    pas les autres disait un drole de personnage celebre à ses heures , mais à la transgression qui laisse pas que des souvenirs heureux!

    Je retourne dans le chaos, des mots ,des mails, des liste sans fin à honorrer, sur cet ecran d’un monde épuisé epuisant ,
    qui ne fait pas rever!

    Je vis au jour le jour , jai peur ? oui parfois!

    Mais j’ arrete mes jejejejejeje!!!

    Vous Poètes,là, par hasard sur ma route, qui venez de m ‘offrir un éclair de Joie, MERCI !

    anne

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s