PIRATE !

 

« Maudit sois-tu, tu n’es qu’un lâche, comme le sont tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par les lois que des hommes riches ont rédigées afin d’assurer leur propre sécurité.
Ils nous font passer pour des bandits, ces scélérats, ces crapules nous condamnent alors qu’il n’y a qu’une différence entre eux et nous, ils volent les pauvres sous couverts de la loi tandis que nous pillons les riches sous la protection de notre seul courage
[… ]
Vous êtes comme tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par des lois faites par les riches pour assurer leur propre sécurité, car ces petits peureux n’ont pas le courage de défendre autrement ce qu’ils ont acquis par friponnerie »

Le pirate Charles Bellamy lors de son procès en 1720

BAL DE PLAFOND



Avoir une araignée au plafond
ou chez nos amis anglais
Avoir des chauve-souris dans le beffroi
ou chez nos amis portugais
Avoir des petits singes dans le grenier
ou chez nos amis roumains
Avoir mangé de la dame d’onze heures ou la mandragore
ou chez nos amis wallons
Avoir une mouche dans l’horloge
par exemple
Toujours cette oscillation entre
Les trois singes sages et le bretteur incorrigible
Demeurer toujours improbable en somme
Improbable
Oui quelle activité
extraordinaire de s’écrier
« Tiens, en ce jour ordinaire
à défaut du ciel inouï,
je vais observer ce coin du plafond. »
Comme une salle de bal aux papillons


ALICE, VOUS AVEZ DIT ALICE ?

 

« Alice est un personnage inventé, bien que je connaisse pour de vrai une jeune fille dénommée Alice, et même une seconde, qui est par maladresse tombée dans un terrier.
[…]
« Alice au pays des merveilles, c’est peut-être moi ! »
Un certain peut-être, Charles Lutwidge Dodgson à John B. Frogg
In Pathologies & facéties littéraires, de Eric Poindron, les Venterniers