TÉLÉRAMA / RENCONTRE AVEC ÉRIC POINDRON, LAURÉAT DU PRIX TOPOR 2019



La poésie selon Éric Poindron :

“Faire le bien et cultiver l’absurde dans un grand éclat

de rire”


Propos recueillis par Anne Segal

Eric Poindron.

Il est obsédé par les mots jour et nuit, expérimente de nouvelles écritures sur les réseaux sociaux et dit faire la conversation aux oiseaux : Éric Poindron, auteur de Comment vivre en poète ?, n’a pas volé son prix de l’Inattendu, décerné dans le cadre des Topor 2019. S’entretenir avec lui, c’est aussi tout un poème…

Poète, éditeur, critique, mais aussi explorateur invétéré de la chose littéraire, collectionneur de tout ce que le monde offre de surprenant, Éric Poindron s’est vu attribuer en avril l’un des prix de l’Inattendu – celui de « L’éditeur arrosé par son poème »… –, lors de la remise des Topor 2019, au Théâtre du Rond-Point, à Paris. D’une curiosité multidirectionnelle, il nous laisse entrevoir ici sa manière toute singulière d’embrasser le fait poétique et de le faire vivre.

       Votre livre, Comment vivre en poète, a obtenu au printemps dernier l’un des prix Roland Topor 2019, qui salue en même temps votre œuvre poétique et votre travail d’éditeur. Comment avez-vous pris la chose ?
Lorsque Jean-Michel Ribes, le directeur du Théâtre du Rond-Point, m’a téléphoné pour me dire qu’il créait pour moi un prix unique de l’éditeur et du poète, lui qui me surnomme « le doux poète à la girafe », j’ai été heureux, vous vous en doutez. Mais je dois aussi ce prix à Jean-Marie Gourio [auteur de Brèves de comptoir, ndlr], avec qui j’entretiens une fraternité, une complicité inexpliquée et invisible. Peut-être parce qu’il aime la langue et la phrase à la douce folie, que c’est un exceptionnel raconteur d’histoires, un homme de la drôlerie absolue.
Bien évidemment, être salué par des artistes que vous aimez ou admirez, et ce sous le signe du génie Roland Topor, ça peut donner des brins d’ailes pour continuer à essayer d’enchanter. Et puis, comme toujours chez Jean-Michel Ribes, il y a eu le sens de la fête et de la générosité, de la mise en scène et de l’irrévérence : une grande soirée de partage au Théâtre du Rond-Point avec le public et les artistes, avec une façon de ne jamais se prendre au sérieux, élevée en bel art, et une statuette lourde comme une enclume ou presque imaginée à partir d’un dessin de Roland Topor lui-même, représentant un visage écrasé par son propre poing. Il est aussi là l’esprit de Topor ou du poète : rire et faire le bien, faire le bien et en rire.

“Depuis l’âge de 15 ans, je suis un disciple forcené de saint François d’Assise, et à ma manière, je cultive l’honnêteté et l’irrévérence.”

       Ne jamais se prendre au sérieux et faire le bien pourrait-être votre devise ?
Depuis l’âge de 15 ans, je suis un disciple forcené de saint François d’Assise, et à ma manière, je cultive l’honnêteté et l’irrévérence. Chaque jour, je lis et annote l’œuvre de Pascal Quignard, j’écris un poème et fais la conversation aux oiseaux. Et comme l’écrit Baudelaire dans Mon cœur mis à nu, je m’efforce d’être un héros et un saint pour moi-même. Oui, faire le bien mais dans un grand éclat de rire et en cultivant toujours l’aléatoire et l’absurde.

      En lisant Comment vivre en poète, on comprend vite que l’essentiel pour y parvenir est de se poser les bonnes questions, à jamais, tout en prenant connaissance des questions que se sont posées ceux qui nous ont précédés. N’est-ce pas là une recette de vie à conseiller à tout un chacun ?
Enfant, ma grand-mère me surnommait « Monsieur Pourquoi ». Je me suis toujours posé des questions et, tout naturellement, je me suis mis à inventer des questions que je posais à autrui : cornez-vous les pages de vos livres ? qui vous regarde dans les yeux quand vous les fermez ? quelle serait la question à laquelle vous ne souhaiteriez jamais répondre ? pourquoi aimez-vous Francis de Miomandre ? écrivons-nous un poème ou est-ce le poème qui nous écrit ? suffit-il de se poser des questions pour en avoir les réponses ? Les questions ont toujours fait partie de mes chemins de création. Je les note, les explore, les peaufine, les pose et me les pose.

      Mais comment vous est venue l’idée de ce livre ? Que contient-il ?
Après avoir écrit un livre inclassable, à la fois cabinet de curiosités littéraire et portatif, et accélérateur d’imagination, L’Étrange questionnaire d’Éric Poindron ou le livre qu’il vous faudra en partie écrire (ou dessiner), j’ai voulu explorer le champ poétique, le mien propre et des possibles. A la suite d’une belle et longue conversation avec Nilda Fernández sur l’enfance et l’errance, les mots que l’on collectionne, la notion d’identité et les musiques qui voyagent, écrire Comment vivre en poète m’a semblé plus qu’une évidence, un voyage essentiel, entre confidence et introspection, confessionnal et célébration. Alors j’ai écrit des questions, encore et encore, ouvert des livres, annoté, convoqué des poètes, mélangé ou confronté, imaginé des conversations improbables et nocturnes entre les morts qui ne le sont jamais tout à fait et les vivants qui ne le sont jamais assez. Je voulais convoquer une galaxie de poètes, plus qu’une confrérie. Des poètes de partout : des géants, des confidentiels et des confidents, des camarades de chaque jour, des poètes de la vie d’ici, des amis essentiels comme Jérôme Leroy ou CharlÉlie Couture et même, ou aussi, des poètes inventés.

“Un poète pour moi est un ‘vivant’. Un marcheur, un bateleur ou un boxeur. Un poète doit empoigner et secouer le monde.”

      Donc, faire une sorte de livre de citations, votre livre des questions ?
Dans Une journée de bonheur (éd. Arléa, 2017), l’avisé Pascal Quignard nous rappelle le propre de notre tradition littéraire, à savoir que « le sommet de notre littérature, c’est le fragment ». Aussi j’essaie de me poser MES justes questions. En fragments. Ainsi, sans presque d’effort, mon travail devient à la fois livre de citations, keepsake, atlas, fragments, poèmes et fragments poétiques, didascalies, « recueil de fleurs » – à savoir anthologie –, pistes à suivre, cut-up, scholies, correspondances, auteurs à découvrir ou à redécouvrir, lectures et relectures, chemin d’écriture, guide sans guide, monologue, réflexions et confidences, aveux, échos, questions sans réponses, questions aux allures de réponses et… poèmes.

Bibliothèque d’Éric Poindron.

      Peut-on vraiment « vivre en poète » sans l’être vraiment ?
Je ne vois pas de la poésie dans tout, bien que…, mais j’essaie que tout se transforme en poésie. J’ai toujours cru, à défaut de savoir, que la poésie était l’architecture essentielle de ma vie. Adolescent, les poètes sont devenus dans l’instant mes camarades de vie. Apollinaire et Cendrars, puis Reverdy, ont été des guides de survie quand je m’ennuyais ferme à l’école. Je me réfugiais chez eux et prenais le stylo à mon tour. Très vite aussi, j’ai lu la vie des poètes : biographies, correspondances et journaux. Un poète pour moi est un « vivant ». Un marcheur, un bateleur ou un boxeur. Le poète doit empoigner et secouer le monde ; et être en équilibre sur les crêtes fragiles, et danser sur les nervures du vent.
Juliette Joste, éditrice de mon « roman de voyage » Belles étoiles : avec Stevenson dans les Cévennes, avait écrit à son propos : « Ainsi marche un poète. » Cette presque conclusion de quatrième de couverture m’avait touché. Je m’étais dit : « Oui, voilà, c’est ce que je veux être. » Et je me suis efforcé de ne jamais déroger. C’est ce que j’ai tenté de faire dans Comme un bal de fantômes, un « roman en poèmes » qui célèbre l’histoire de tous les hommes et qui s’est vu décerner le Prix du plus beau recueil poétique 2017 par la revue La Cause littéraire. Et alors que j’écrivais la suite, je reçois ces mots de Pierre Michon, qui est pour moi l’écrivain absolu : « Il m’a curieusement calmé. Rendu la paix. Il me ravit. » Pour l’enfant des vignes et des forêts que je demeure, je sais pour qui et où dois-je écrire. Voilà mes marches et mes directions.

“La collecte démesurée de mots aux allures de fées inexpliquées est une activité obsessionnelle et de chaque instant.”

      « C’est en jouant sur les mots que nous reflétons le mieux les mouvements de ce monde changeant et divers… » (Marcel Havrenne, poète que vous citez dans ce livre.) Pourriez-vous nous en dire plus ?
La collecte démesurée de mots aux allures de fées inexpliquées est une activité obsessionnelle et de chaque instant ; et je confesse avoir un faible obsessionnel pour les mots inexplicables et obsessionnels. Les mots m’obsèdent du réveil au sommeil et me réveillent souvent la nuit. C’est ainsi. Et depuis longtemps. Je les note, les apprends, les déniche et les collectionne. Je possède des boîtes à mots qui un jour me serviront. Ce n’est pas une collection, mais plutôt un atlas des directions. Et quand je déniche un mot ancien, oublié ou gracieux, il n’est pas rare que je l’offre, que je le partage, afin de lui redonner sang et vie. Ainsi, j’ai déniché chez Ronsard et jamais utilisé depuis l’adjectif « arc-quencine », soit de la couleur de l’arc-en-ciel. « Le glayeul à la fleur arc-quencine », écrit le poète, et nous nous ramassons sur le chemin qui frémit et semons à notre tour.
Les mots en poésie sont aussi ma manière de raconter le quotidien. Je vois et, plutôt qu’une photo ou un dessin, il m’est essentiel de conserver une image ou un souvenir avec des mots ordonnés. Entre haïku et Polaroïd. Alors je remplis des carnets de mots, d’instants, de situations ou de visages, rédigés ou en fragments. Comme en cet instant ou j’écris au milieu des lumières changeantes et des bruissements de houle et de feuilles. Ce qui, en la circonstance, donne ceci : Ici ça se passe bien / C’est calme entre les nuages et les trains à modeste vitesse / Les mots ouvragés dans un cahier et les petits pas des lettres / Les phrases qui sautillent et les chuchotements câlins du bel été / Et le soir défile comme barque lente entre mots d’orage et brin d’arc-en-ciel.
J’aime à croire et à écrire car, je le devine, les mots ont toujours le dernier mot.

       « Si c’est de la poésie, c’est pour tout le monde ; et si ce n’est pas pour tout le monde, alors ce n’est pas de la poésie »: comment en êtes-vous venu à cette affirmation ?
L’homme et le poète ont parfois du mal à cohabiter, c’est un peu comme l’homme et l’automobiliste. Parfois, l’homme est un bon gars et le poète devient vite pétri d’immodestie assommante. Il se transforme et c’est effrayant. Docteur Jekyll et Mister quelque chose. C’est pourquoi je ne serai jamais un automobiliste. Dans Coup d’œil sur Belœil, paru en 1781, le prince de Ligne nous raconte son jardin – celui de Beloeil – et nous promène en confident. Le prince pour de vrai mélange la réalité et la fable, les descriptions objectives et s’aventure du côté de l’imagination quand il en éprouve le désir d’écrivain. « Il vaut bien mieux avoir de l’imagination que de la mémoire », écrit-il à discernement dans Mes écarts. C’est ainsi que je conçois la poésie, comme une invitation en mes jardins. Et mes jardins, s’ils sont discrets, ne sont pas des lieux de clôture où il faut posséder la clé.

Dans le cabinet de curiosités d‘Éric Poindron.

       Mais vous écrivez quand même : « Si ce n’est pas pour tout le monde, alors ce n’est pas de la poésie. » Alors, c’est quoi ?
Je ne vois pas la poésie comme une glose, une lecture du Talmud, un pensum en rhétorique ou un secret d’initié, même alchimique. En revanche, j’admets que ce soit une opération magique ou chimique et pourquoi pas zoroastrienne, mais à condition de donner à chacun les moyens de marcher sur le feu. Je crois en une poésie qui tend la main et invite, en un langage « amphitryonique ». J’ai enseigné longtemps l’écriture créative à l’université et m’honore d’avoir fait jaillir la poésie sur le chemin des étudiants en leur prouvant qu’un poète c’était un copain dans la poche ou un confesseur mais jamais un ennemi.

        J’ai pu lire à votre propos sur le site de La Revue des ressources : « Il se prend pour un poète et croit que les fantômes existent. » Est-ce toujours d’actualité ?
Comme il est difficile de se définir, il est amusant d’exécuter un tour de passe-passe. J’aurais tout aussi pu écrire : Il se prend pour un fantôme et croit que les poètes existent. Comme j’aurais pu écrire éditeur de textes inclassables, amateur de bicyclettes anciennes, auteur de plusieurs livres sur les fantômes, « dresseur » de pierres égarées sur le chemin ou collectionneur de masques. Il se peut que tout cela soit vrai ; et là est peut-être la puissance de la poésie. Un homme masqué en vaut deux et un homme averti est démasqué. Et pourquoi toujours porter un masque ? Je m’expliquerai après ma mort.

“J’ai été enseignant et scénariste, plasticien et chef d’entreprise, nomade ou critique gastronomique, éditeur et voyageur. L’ennui n’est jamais né de l’uniformité.”

      Certes, il est difficile de se définir mais on peut tenter de s’en approcher… Ici, l’imaginaire, ou la poésie, semble être votre garde-fou. Pourquoi portez-vous toujours un masque, monsieur Poindron ?
J’aime le mélange des genres et la subtilité des épices. Imaginer des bouts de vie, ou en inventer de toutes pièces après les avoir patinés. Alors j’imagine des pseudonymes saugrenus, des statuts dérobés, non pour me cacher mais pour avoir la paix. C’est un peu mon « trou de souffleur ». Je ne suis ni un « consommateur » abonné aux avant-gardes, ni un gardien de musée « pompéisé ». J’aime vivre chaque jour au XVIIe siècle et profiter des nouvelles technologies. J’ai été enseignant et scénariste, plasticien et chef d’entreprise, nomade ou critique gastronomique, éditeur et voyageur. Ainsi l’ennui n’est jamais né de l’uniformité. Je possède une loupe pour grossir les traits, et une inclination pour la rédemption romanesque et les histoires mystérieuses. Je crois – j’ai toujours cru – à une affaire de double ou quintuple présence. Mes traces, cailloux blancs et secrets ressemblent à des portes incertaines et dérobées qui me permettent d’observer le monde – et l’époque que je ne goûte guère – derrière mon miroir sans tain.

“Les réseaux sociaux – mais jamais Twitter ! – sont une cour de récréation, et même des Miracles, et un bistrot de petit commerce où il fait bon converser avec de nouvelles têtes.”

      Vous avez un usage immodéré de l’Internet, nourrissant quasiment tous les jours vos page Facebook et compte Twitter, également votre site personnel très élaboré. A quelles fins ce besoin de présence sur les réseaux sociaux ?
A l’instant de l’écriture, cette cellule, nous sommes l’homme du silence et de la philharmonie, de la solitude des origines et de la cohorte des vivants à grand bruit. Et pourtant nous sommes seuls, longtemps et souvent, à l’image de ces marginalia – ou notes dans une marge – de moine copiste que j’ai traduits ou imaginés à ma guise :
« J’ai si froid me chuchote ma main qui s’ankylose / Saint Jérôme soulage-moi de mes écritures / Comme le marin entrevoit la terre / Et le colporteur le bout du raidillon / Que le copiste du soir trouve enfin le chemin de la dernière ligne / Le parchemin est une peine / mais le très-haut est bon / Grace à lui j’entends les cloches de la nuit. »
Les réseaux sociaux – mais jamais Twitter ! – sont à la fois une cour de récréation, et même des Miracles, et un bistrot de petit commerce où il fait bon converser avec de nouvelles têtes. Le réseau est un « Ouvroir de littérature exponentielle » où je peux m’amuser à proposer des tentatives poétiques, des images, des mots d’esprit ou d’irrévérence, des aphorismes en devenir. Du reste, voilà ma définition des réseaux, librement inspirée de Raymond Queneau qui était un réseau à lui seul : « Groupe international et confidentiel de poètes et de non-poètes se définissant comme des “drôles de zèbres” incapables de sortir du labyrinthe qu’ils n’ont pas su créer. »
Mon blog, Curiosa & cætera, qui reprend le nom de la collection que j’anime aux éditions du Castor Astral et que je nourris depuis plus de vingt ans, est au contraire le laboratoire de toutes mes expériences : étude de gastronomie, voyages imaginaires ou non, exploration secrète de la littérature ou des champs iconographiques, histoire des échecs, fictions en devenir. L’ensemble formant mon champ des impossibles.

      Auriez-vous quelque chose à ajouter ? Une actualité ?
J’ai plusieurs livres à paraître : de faux souvenirs oulipiens, une fiction breughelienne, un roman iconoclaste et parisien, un projet collectif, poétique et chimique sous le nom de Code NOVALIS – comprenant cent dix-huit poètes et imaginé par l’humaniste Dominique Tourte, créateur des éditions Invenit –, une rétrospective de vingt-cinq ans de mes écritures aux éditions Germes de barbarie. Et, ce qui me tient particulièrement à cœur, l’invention d’une nouvelle aventure éditoriale avec une collection d’écrivains amis ayant fait profession de foi des explorations poétiques. Une collection en gestation appelée « Le Chant des possibles ».
Et j’ajouterai, vivez avec la poésie, elle vous le rendra bien.

FRANCE CULTURE JACQUES BONNAFFÉ LIT ÉRIC POINDRON

 

FRANCE CULTURE
JACQUES BONNAFFÉ LIT ÉRIC POINDRON

Du lundi 8 au jeudi 11 avril / de 15 h 55 à 16 h

Jacques Bonnaffé lit Comme un bal de fantômes  d’Éric Poindron.

Avec Éric Poindron à l’anagramme délicieux (cherchez bien… réminiscences trouble-fêtes), on entre de plein-pied dans une actualité tendue : l’hyper production poétique, la collection proliférante. Notre homme est éditeur, directeur de la collection Curiosa & cætera à Le Castor Astral. Amateur de cabinets de curiosités. Collectionneur de collection.

Comme un bal de fantômes, d’Éric Poindron – éd. Le castor Astral -, est un carnet personnel, pages poèmes agrafées au cours des voyages. On échappe à l’autofiction, elle s’échange pour un bal, conversations tournoyantes avec des individus célèbres et quelques amis plus anonymes.
Il vient de publier Comment vivre en poète : 300 questions au lecteur et à celui qui écrit, aux éditions Le Castor Astral (2019).

Pour tout état d’âme, le poésie d’Eric Poindron s’en tient à l’emballement et au savoir, peu de tristesse, cette forme d’amicalité qui pousserait à prolonger interminablement les soirées.

 

Pour écouter ON CLIQUE ICI

NULLA DIES SINE LINEA *

 

Il suffit d’abord
d’oser écrire une ligne
puis une page
Et encore une autre
Alors l’écriture devient un rendez-vous
Une rencontre avec soi
que vous ne pouvez remettre
sans mauvaise conscience

« Nulla dies sine linea »
Comme l’écrit Pline
L’ancien & le sage

 

* Jamais un jour ans une ligne

REFLET REFLUX

 

En confidence avec les oiseaux /Les écouter pas à pas ou à tire-d’aile / en observant les nuages étoilés qui filent à tout vent / tandis que le jour s’enfuit /ou s’effiloche
Au risque de se cogner
dans le Temps des réverbères allumés
malgré la presque nouvelle heure de l’été

© Photographie de Alicja Posluszna

PRIÈRE POUR RAYMOND ROUSSEL


Conversation d’outre-tombe avec le trublion Raymond Roussel
Oui, nos âmes sont de bien étranges labyrinthes.
Et des usines de bulles de savon, aussi.

Oui, ce raymond Roussel est décidément un chef d’oeuvre à lui tout-seul
Même s’ils était nombreux dans son grenier de ciboulot

Saint Raymond Roussel, priez pour nous ; et surtout pour eux…



POÈTES VOUS-MÊMES !

 

 

Il dort le bonhomme
mais
Il est toujours vivant
Et ronfle de la poésie
A plein poumon – S –
A coup de clairon !
 
&&&
&
 
Sais-tu, ami, que, voilà deux ans, nous avons vendu chez Artcurial une édition originale de « Caligrammes », tirage de tête, avec envoi, correction d’adjectif sur le livre de la main d’Apollinaire et gravure original de Picasso.
Ledit livre est dans le catalogue d’Artcurial.
Je te raconterai ; et il faut que j’en fasse une petite histoire
 
& & &
&
 
Jeu de mains, jeux de poètes…
De la main d’Apollinaire, avec envoi à son ami René X, édition originale de 1918, exemplaire 239.
La main dans la main du poète, donc.
Émouvant.
Très.
Expertise ce presque jour chez Artcurial, non loin de la librairie du Théâtre du Rond-Point où trônent en majesté les Haïkus de mes comptoirs du trublion camarade Jean-Marie Gourio.
Attention, un poète peut – toujours – en cacher un autre


INVENTAIRE À LA GRENIER



Il y a une odeur d’autrefois dans le grenier. Et un poème de Pierre Reverdy.

Le grenier est un secret. Qui craque. Qui parle à voix basse. Qui y met encore les pieds ?
Il y a le dé à jouer, soudé et fabriqué par mon père. Ses compas de marine, une lampe creuse avec des poissons.
La gravure d’une ancienne abbaye – XVIIe siècle –, des malles, plusieurs malles, et un carillon en mauvais état.
Et des « Contrerimes », comme un poème de Paul-Jean Toulet.
Il y a aussi les cartes d’état-major de la forêt et de l’enfance ; et une gondole miniature qui fait encore de la lumière. Et le couteau à « enter » de mon grand-père ; l’archet et le moulinet de l’autre grand-père. Et un poème de René Guy Cadou.
Il y aussi tous ces vieux fers à repasser, qui servent de serre-livres pour qui le sait. Il y a cette horloge de table Ingrham Electric endormie à tout jamais. Et les mots précieux de Valéry Larbaud.
Et ce caméléon empaillé, et tous ces trois-mâts gigantesques.
Et le verbe en couleur de Saint-Pol-Roux.
Un train rouillé et un sémaphore. Et un poème de Blaise Cendrars.
Et des paquets de photos où des fantômes posent devant la grande maison blanche et dominicale.
Et quelques numéros de la revue presque surréaliste belge Phantomas.
Un cadre avec un beffroi, aussi, et des plumes de paon.
Il y a des odeurs de conversations et de secrets, des encres gelées et un sablier. Et les nostalgies émerveillée et précieuses d’André Hardellet.
La pleine lune apparaît au milieu des nuages bleus et roses quand les couleurs n’ont plus d’heures.
Ça scintille en noir et blanc, même dans les eaux de nuit, et de peine de lointain.
Nous ne voyons rien et pourtant nous regardons, la rage au large. Nous rêvons comme on contemple.



GIRAFE TÉLÉGRAMME

 

 

« Éric, le délicieux poète à la girafe. »
Jean-Michel Ribes
« Très heureux de pouvoir cheminer à tes côté À L’OMBRE DE LA GIRAFE. dès le début tout me plaît.
Je me suis régalé de ta girafe ces derniers jours : quel petit grand livre simple et voyageur. »
Victor Pouchet 


CHANDELLES DE FANTÔMES

 

Il n’y a guère que les fantômes pour croire encore à l’existence des fantômes

Comme la nuit j’ai peur du diable
Et que je crains les revenants
Je mets la chandelle sur la table
Et je ferme les contrevents

Tout comme les marionnettistes
et les créateurs d’automates de jadis
Les fantômes aux mœurs raffinées et taquines
possèdent le sens du divin et
malgré l’absence de montre à gousset au bout de la chaine,
L’exactitude des vieilles gravures sur bois
à l’encre encore fraîche.

Oui, quand l’heure est juste et irrévocable,
les fantômes ne s’embarrassent pas de chronographes.

Et la nuit ne les effraie aucunement

Et le brave Gérard de Nerval d’ajouter

« C’est l’âme de votre prédécesseur qui revient !
– L’avez-vous vu ?
– Non ! mais des fantômes, cela ne se voit pas à la chandelle. »

 

&&&
&

 

Trick or treat !

CORBEAUX SINISTRES

AU COGNAC FRANÇAIS A LA EDGAR POE

6 corbeaux
1 poire
300 g de pruneaux
200 g de beurre
20 cl de cognac
sel
poivre

Posez les corbeaux vidées dans un grand plat à four et fourrez-les avec des pruneaux et des morceaux de poire.
Salez, poivrez et déposez sur chacune un morceau de beurre.
Faites-les cuire à four doux durant environ 40 minutes.
Arrosez-les avec le cognac et poursuivez la cuisson environ dix minutes en les arrosant régulièrement.
Servez ces sinistres volatiles avec une purée de pommes de terre et de marrons.

© Une recettte de votre serviteur à n’essayer qu’en cauchemar.

 

DES AILES & DES HEURES

 

 

Humeurs d’automne et horaire d’oiseaux
Écoute les derniers chants avant l’envoi
Tandis que la nuit tombe ou s’effiloche.
Pas à petits pas
Cette fois nous y voilà
17 heure pas encore 52 ; et c’est déjà terminé
Des ailes discrètes semblables à des mimes de plume et de jolis augures

Les lumières du soir
Avant les silences d’hiver
et les montres folles
Sont une prière de merles et de bienveillance
Aux amis et aux proches
Ailés ou non

 

POET PROCESS CORPORATE

Là où les benchmarks désignent la mondialisation solutionnelle
Il s’agit de flexibiliser les bénéfices vente

Malgré une forte croissance transversale
Les experts doivent investir sur les architectures bénéfices.

À l’heure de la crise entrepreneuriale, les décideurs doivent faire interagir les issues investissement
En termes de process concernant une globalisation compétitionnelle
Le challenge consiste à revaloriser les solutions corporate

Pour challenger cette revalorisation institutionnelle
Les experts doivent démarcher les process client

En réponse à la stagflation référentielle
Il est permis de délocaliser les thématiques envisageables

Dans une flexibilité compétitionnelle
Les structures vont revaloriser les interactions fournisseurs

Face à la mondialisation accélérationnelle
Les structures vont externaliser les kick-off projet
Partout où domine une synergie fortement porteuse
La bonne pratique consiste à faire interagir les ouvertures à l’horizon 2020

Oui décidément « Le monde s’est perfectionné comme se sont perfectionnés les abattoirs de Chicago. » ; n’est-ce pas Jean Giono ?


« Si tu n’arrêtes pas de rêver,
Je ne pourrais pas t’aimer.
Si tu n’ouvres pas les yeux,
Comment pourras-tu m’aimer ?
Si tu ne me racontes pas d’histoires,
J’en oublierai les miennes.
Et de quoi parlerons-nous alors ?
Pour chaque page que tu lis,
Essaie d’en écrire deux.
Pour chaque chanson que tu entends,
Tu m’en composeras deux.
Pour chaque pensée que tu m’adresses,
Gardes-en deux rien que pour toi.
Ensuite tu me les donneras »

Chanson tzigane


N’est-ce pas chère Nouka Maximof, fille du vent, conteuse et tzigane ?

 

L’ÉTRANGE SOIRÉE D’ÉRIC POINDRON & JOSEPH D’ANVERS

 

« L’ÉTRANGE SOIRÉE D’ÉRIC POINDRON & JOSEPH D’ANVERS
dans les décors de La Cantatrice chauve »
Carte blanche aux amis, donc….
Avec la participation de SAPHO (voix), THOMAS BAIGNÈRES (Guitare), NOËL BALEN (Jazz and CO-) CHARLELIE COUTURE (piano), GÉRALDINE BEIGBEDER (voix, et magie), STÉPHANE DUGOWSON (mathématicien)
 
Lundi 28 mai / 19 h / mairie du Ve arrondissement
Histoires étranges & poétiques / secrets avouables / lectures / Rock / happening / surprise
Entrée libre
Attention, les places sont comptées
Réservation indispensable : contact@vivrelire.com


75 POÈTES DE NOTRE TEMPS, PAR LA CAUSE LITTÉRAIRE

 

 

LE CLUB DE  LA CAUSE LITTÉRAIRE

Voici la nouvelle votation littéraire !
Quels ont vos poètes francophones préférés, né(e)s après 1900 (date incluse et impérative) ?
Vous pouvez citer autant de poètes que vous le souhaitez, disparus ou vivants.

 

Voici les 75 poètes et poétesses de notre temps, choisi(e)s par le Club de La Cause Littéraire – 130 Votants :

N. B.  Quel plaisir de voir nommé(e)s un nombre important de poète(sse)s vivant(e)s ! C’est là le signe que la poésie, comme genre littéraire mais aussi comme source première de la littérature, reste bien installée dans nos lectures.

Plaisir aussi que cette consultation fasse découvrir sûrement des talents discrets et peu connus et qui sont pourtant de grandes voix poétiques. A nous tous de faire rayonner leurs œuvres !

Les poètes vivants sont en gras.

1. Robert Desnos 40 voix

2. René Char 34

3. Philippe Jaccottet 31

4. Yves Bonnefoy 21

4. Eugène Guillevic 21

6. Jean Follain 20

7. Thierry Metz 19

7. Aimé Césaire 19

9. Andrée Chédid 18

10. Jean Tardieu 16

11. Francis Giauque 15

12. Jean-Philippe Salabreuil 14

12. Jacques Prévert 14

14. Claude Vigée 13

14. René-Guy Cadou 13

16. Eric Poindron 12

17. Henri Meschonnic 11

17. Valérie Rouzeau 11

17. Bernard Noël 11

20. Olivier Larronde 10

20. Anise Koltz 10

20. Raymond Queneau 10

23. Marcelin Pleynet 9

23. Jacques Dupin 9

23. Lionel-Édouard Martin 9

23. Léopold Cédar Senghor 9

23. Alain Suied 9

28. Louise de Vilmorin 8

28. Guy Goffette 8

28. Sabine Sicaud 8

28. Thomas Vinau 8

28. Christian Viguié 8

33. Boris Vian 7

33. Léon-Gontran Damas 7

33. André du Bouchet 7

36. Alain Jouffroy 6

36. Claude Esteban 6

36. Jacques Ancet 6

36. Charles Juliet 6

40. Yanette Delétang-Tardif 5

40. Alain Bosquet 5

40. Xavier Grall 5

40. Lorand Gaspar 5

40. Maurice Fombeure 5

40. Alain Borne 5

40. Abdellatif Laâbi 5

40. Joyce Mansour 5

40. René Crevel 5

49. Louis-René des Forêts 4

49. Jacques Réda 4

49. Valère Novarina 4

49. Lucien Suel 4

53. Alain Marc 3

53. Gaston Miron 3

53. Jean-Claude Pirotte 3

53. Jean-Michel Maulpoix 3

53. Henri Thomas 3

53. Edmond Jabès 3

53. Christian Prigent 3

53. Jean Grosjean 3

53. Jude Stefan 3

53. Franck Venaille 3

53. René Daumal 3

53. Jacques Viallebesset 3

65. Henry Bauchau 2

65. Pierre Seghers 2

65. Pierre Emmanuel 2

65. Nicolas Bouvier 2

65. Louis Calaferte 2

65. André Pieyre de Mandiargues 2

65. Jean Sénac 2

65. Henri Pichette 2

65. André Velter 2

65. Georges Perros 2

65. Jean Miniac 2

 

 

© Photographie de l’éditeur & poète Dimitri Vazemsky.