RENCONTRE & CONVERSATION AVEC CHRISTIAN GIUDICELLI ET ÉRIC POINDRON

 

RENCONTRE & CONVERSATION AVEC CHRISTIAN GIUDICELLI ET ÉRIC POINDRON
 
LIBRAIRIE GALLIMARD – MERCREDI 20 JUIN -19 H.
 
Dialogue à la Librairie Gallimard
entre Christian Giudicelli et Éric Poindron
Pour leur 20e anniversaire, les éditions Bleu autour présentent la collection « Céladon », destinée à accueillir des formes littéraires courtes et expérimentales.
Christian Giudicelli présentera JUVENALIA, un texte de jeunesse et Eric poindron L’OMBRE DE LA GIRAFE, un roman allège et voyageur
 
Serez-vous des nôtres ?
 
LibrairieGallimard – 15, bd Raspail – 01 45 48 24 84
 

OÙ ?

J’aime cette idée de Vivre avec
Des animaux

En plastique En-paillés En vrai
Qui se disputent
Mâchoires serrés « Ou vertes »
Une simple carte à jouer par exemple
Représentant un joker Un trublion Un fou du roi

Quand je jette les cartes En l’air

Les animaux s’amusent A les attraper

Sommes nous les fous ou seraient-ce eux ?

Les libellules géantes Ca c’est de l’imagination.

« Les vrais compagnons, ce sont les arbres, les brins d’herbes, les rayons du soleil, les nuages qui courent dans le ciel crépusculaire ou matinal, la mer, les montagnes. C’est dans tout cela que coule la vie, la vraie vie, et on n’est jamais seul quand on sait la voir et la sentir. » N’est-ce pas Alexandra David-Néel ?

 

NEIGE DE LÀ-BAS

 

A Isla Louise, Illusionniste & ambassadrice des carrosses

 

 

Un soir d’hiver

A l’époque où les hivers existaient

L’enfant Marc Chagall s’est mis à lire

À haute voix

Ses Mémoires à venir

Dans un estaminet famélique de Vitebsk

Puis un violoniste est monté sur le toit dudit estaminet

Et s’est mis à faire danser les flocons de neige

[…]
Puis presque flocon à son tour

Le violoniste s’est envolé

L’enfant Chagall

L’a observé

Rapetisser

Puis disparaitre

Etonné

Ou à peine
Devant la soupe familiale

L’enfant Marc

A dit à sa mère

Maman je voudrais être peintre.

Tu le vois, maman, je suis un homme comme les autres

*

 

À force de « trop » peindre

Il se mit presque à croire à son talent

Ce n’était pas tant la peinture qui le fascinait

Mais ce qu’elle cachait

Derrière ses intentions

La couche invisible

Inavouée

Entre la toile et les pigments

Il aimait cette idée

Que l’artiste abuse de ses émotions et leurre son regard

Ce que cache le « repentir du peintre » est l’enfance du peintre
Le « repentir » est un fantôme qui ne s’ignore pas

 

 BLANC FANTÔME &  FANTÔMES BLANCS ? FANTÔMES TOI-MÊME !





« Savez-vous, Miss Sale, que le fantôme est un peu le chat de l’outre-tombe et que, partout et sans-gêne apparent, il se croit un peu chez lui ?…  »
 BLANC FANTÔME &  FANTÔMES BLANCS ? FANTÔMES TOI-MÊME !
Divertissement théâtrale & fantastique en cours d’écriture.


ÂMES & AUTOMATES

Les fabricants d’automates imaginent des automates écrivains afin de raconter l’histoire des automates.

Ce soir au Regent Theatre de Stoke-on-Trent, on jouera la pièce rare Le Double meurtre de l’automate* de qui vous savez. Il y aura peut-être cet étrange spectateur qui assiste à toute les pièces, à chaque représentation, observe, et se tait.
Parce qu’il existe des coups de cœur comme des coups de théâtre, il revient chaque soir, élégant et pâle.
Le spectateur deviendra-t-il, après le spectacle, quand la nuit aura gagné les ruelles et les coulisses du théâtre, le meurtrier raffiné de Le Double meurtre de l’automate* ?
Et si le personnage de théâtre, notre théâtre, était un fantôme tout de chair ; et si celui qui le regarde était capable de lui ravir la place ?
La scène est une répétition qui donne le change, c’est en coulisse, au cœur des mécanismes, que les vrais effrois font sang et sens.

« La mort écoute les mots. Elle les a déjà entendus. Elle aussi possède un exemplaire de la pièce. » Joseph O’Conor, nous le rappelle, sans excès. Dans « Muse », à découvrir aux éditions Phébus.

*Le Double meurtre de l’automate de John B. Frogg nous conte l’histoire de l’inventeur Anatole qui cherche, en vain, à mettre au point un automate assassin afin de prouver la supériorité vertueuse de la machine sur l’homme. Lassé de ses échecs, il se décide à tuer un innocent à la place de l’automate. Alors qu’il se croit soupçonné, il met fin à ses jours par pendaison, mais maquille son crime, de sorte à faire croire qu’il a été assassiné par sa créature.

 

Machine à doigts, oeuvre de Orianne Poncet
Automate à manivelle, Laiton, acier et résine