MARGINALIA & CURIOSITÉS

Le cabinet de curiosités abrite des objets savants, insolites, poétiques et constitue un lieu d’érudition et de création. Parce que le secret de la composition est l’art de la rencontre, les êtres et les choses cohabitent dans cet « espace-monde », au sein duquel le gardien du cabinet de curiosités veille sur les mystères et la fantaisie et détient les clés de la séduction.

Avec Éric Poindron, le cabinet de curiosité se trouve à une adresse postale ou dans l’espace démultiplié et virtuel de la toile, ou même encore au creux des pages d’un livre, lui-même, dans un jeu de miroir, invité du cabinet de curiosités et objet de séduction par excellence. Aussi, au fil de la succession et surtout de l’entrelacement des spicilèges marginaux, le lecteur que l’on souhaite curieux, c’est-à-dire rigoureux (dans son souci d’émerveillement) et concentré (dans son attention à l’excentricité), découvrira…

Citations, Biblionomadie, Bibliopathonomadie, Livres rares, Fantômes, Livres introuvables, Jeux d’échecs, Auteurs qui n’existent pas, Pierres – peut-être – précieuses, Disparus de la littérature, chats fantômes, fous littéraires, poètes essentiels, sphère armillaire, Livres étranges & singuliers, « Oubliés, délaissés dédaignés », Gérard de Nerval, Passeurs de livres, Typographie insolite & jubilatoire, Licorne, Orthotypographie, Coquetteries graphiques, Papillons, Alfred Kubin, Caviar et caviardage, Collectionneurs, Johannes Kepler, Coquilles en tout genre, Cryptozoologie, Palimpsestes, Mots rares & précieux, Globes terrestres, Machines à écrire, Bibliothèques méconnues & secrètes, Babel-liens, Conversations et badineries, Repentir, Fantômes de bibliothèque, Labyrinthes, Maréchal Ney, Gaston Leroux, Gastronomadie, Momies, « Ranger / classer », Unica, Rhinocéros, Wunderkammer, Personnages & portraits, Iconographie livresque, Passage en Revues, Crânes, Miscellanées & spicilèges bibliomaniaques, Edgar Allan Poe, Livres monstres, Merle blanc, Livres-Mondes, Dans les marges, Julio Cortázar, Artefact, Charles Nodier, Faux livres, Objets imprimés, Bibliophile, Bibliomanie, Bibliolâtrie, Promenades littéraires, Unica, Marginalia, Occulte & co, Et cætera.

Le lecteur s’en apercevra bien tôt – dès l’avant-propos intitulé « Le Beau est toujours bizarre » par A. Sanchez : loin de constituer une simple accumulation d’objets hétéroclites, le visage du cabinet de curiosités est celui de son créateur, ou plutôt « son reflet diffracté dans un miroir concave ». Aussi, tout le livre-cabinet de curiosités dit son architecte : le choix des objets curieux, la manière de les présenter, de les mettre en lien et celle, tout aussi singulière, d’ouvrir ses portes au monde. Mais puisque l’ouvrage se veut marginal, et qu’il faut l’avouer son curieux créateur l’est également, le collectionneur-auteur ne se contente pas d’être présent dans l’interligne, il se signale lui-même à son lecteur et s’invite dans son propre cabinet, devenant ainsi créature (quitte à s’imaginer « une belle taxidermie », et « des yeux de verre du meilleur effet », et à conseiller « au propriétaire de [s]a dépouille de glisser ses objets usuels – briquet, coupe-cigare, et même crayon de papier, cloche pour les domestiques, loupe, lunettes demi-lunes pour la lecture – dans les poches profondes de [s]on élégante robe de chambre afin de ne pas avoir à les chercher »).

On l’aura compris, avec ce nouvel ouvrage Éric Poindron défie les genres et se joue des normes pour offrir à celui qui désirera le suivre un étonnement qui n’aura d’égal que le plaisir de sa lecture.

Du reste, l’ensemble n’est pas clos : au lecteur de prendre sa place dans les vastes marges des pages ou dans les vastes pages des marges…

 Marginalia & curiosités, petites histoires & géographie curieuse des cabinets de curiosités, de Éric Poindron, éditions Les Venterniers

EXTRAITS

« Quand mes notes sont trop longues pour tenir dans l’espace d’une marge, je les confie à une feuille de papier que je glisse entre les pages et que je fixe par de la gomme. Il se peut que tout cela ne soit qu’une manie, quelque chose de banal et d’inutile. Cependant j’y prends plaisir. »

Edgar Allan Poe, Marginalia

*

Dans le jargon bibliophilique, un livre fantôme est difficile à dénicher puisqu’il ne reste à sa place, sur les étagères publiques, que le carton d’identité qui attestait de sa présence et de son existence.

Le Codex Gigas ou Bible du Diable n’est pas un livre fantôme.

Note de l’éditeur : le lecteur aura le plaisir de l’admirer en couverture de notre ouvrage.

*

Un plateau d’huitres est presque un cabinet de curiosités.
Une machine à écrire de Sholes & Glidden recouverte de motifs floraux  semblable à de la marqueterie pourrait être un cabinet de curiosités.
Bien que savamment tachetée, la peau de la girafe n’est pas tout à fait un cabinet de curiosités.
Un cimetière n’est pas un cabinet de curiosités ; la tombe d’Edgar Allan Poe, à Baltimore, est encore moins un cabinet curiosités.
Le Brouillard du 26 octobre – de Maurice Renard – est un cabinet de curiosités grandeur nature, et pour cause !
La typographie est presque un cabinet de curiosités.
Les souterrains de la ville de Lyon ont parfois l’apparence d’un cabinet de curiosités.
Le cabinet sanglant de Barbe-bleur n’est ni un cabinet d’anatomie – plus pâle que celui des squelettes blanchis – ni un cabinet de curiosités.
Le labyrinthe est une collection de cabinets de curiosités.
Un confessionnal n’est pas un cabinet de curiosités.
Le voyage – tous les voyages – autour de la chambre peuvent devenir un cabinet de curiosités.
Le Tour du jour en 80 mondes de Julio Cortázar (Gallimard, 1969) est un cabinet de pensées curieuses et divergentes mijotées « comme un fond de cuisson ».
Le pigeon-marsupial, aperçu par le jeune Victor Hugo – et confirmé par Charles Nodier – lors du sacre de Charles X, en 1825, qui niche dans les tours de la cathédrale de Reims, est assurément un cabinet de curiosités volant.
La machine à écrire Sholes sur laquelle Mark Twain écrivit Les Aventures de Tom Sawyer est un cabinet de curiosités qui fait du bruit.
Le Codex Gigas ou Bible du Diable est peut-être plus étrange qu’un cabinet de curiosités.
La machine à écrire sur laquelle écrivait Abdul Karim qui fut à la fois, le confident, le serviteur et l’ami de la reine Victoria est, parfois, un cabinet de curiosités à ciel ouvert.
Le cinéma et la poésie – Venezia central – de l’artiste-orchestre F. J. Ossang sont un seul et même cabinet de curiosités.

NOM D’UN NOM !

 

« J’ai enjambé cette rivière, ce fleuve, que sais-je, la Marne… Eh bien, vous me croirez ou pas, j’ai trouvé ça beau ! »
A peu près du Paul Léautaud

Depuis que Châlons-sur-Marne s’appelait Châlons-en-Champagne, Anatole, le poète famélique à la diable descendant peut-être de Charles-Joseph dit Eugène Hermand de Dorval, dit « Mitaine » dit aussi « le Diogène châlonnais », auteur de Chansons & poésies, ne regardait plus la rivière changeante du même œil.
Le jour où Châlons-en-Champagne redevint de nouveau Châlons-sur-Marne, Anatole qui n’y comprenait décidément plus rien décida de troquer la profession de poète à peu près pour celle d’humoriste.
Il joua, ou tenta de jouer, dans de petites salles enfumées et bruyantes, par Mau* et par vaux, où les bananes glissantes & flambées faisaient plus sourire les convives et les joyeux drilles que ses boutades enflammées.
Chaque fois qu’il citait Pierre Dac, son ainé et régional de l’étape, ou qu’il terminait son spectacle par « on devrait mettre la Marne en bouteille puisque la Champagne ne veut pas passer par nous » il faisait un flop de bouchon fatigué à peine digne d’un fainéant mousseux.
Oui, ses répliques tombaient à plat, à côté des cadavres encore tièdes des bananes flambées, ou disparaissaient dans les eaux froides de la rivère ; presque aussi froides que l’ambiance des cabarets si peu surchauffés.

Moralité, il n’est jamais facile de se faire mettre en boite, même dans la ville de Nicolas Appert**, l’inventeur de la conserve.

* Le Mau et le Nau sont, dans la ville de Châlons-sur-Marne-en Champagne, deux bras dérivés de la Marne qui traversent l’aimable et soporifique sous-préfecture de la… Marne

Nicolas Appert (1749-1841) met au point un procédé permettant la mise en conserve des aliments en 1795.
Il est le premier à mettre au point une méthode de conservation des aliments en les stérilisant par la chaleur dans des contenants hermétiques et stériles (bouteilles en verre puis boîtes métalliques en fer-blanc). Il crée en France la première usine de conserves au monde.

MIROIR, DIS-MOI…

 

Et comme l’a si justement écrit, puis démontré, John B. Frogg, l’écrivain et détective de l’occulte dans son ouvrage de référence Effrois & conversations d’outre-tombe – éditions Esculape frères – : « Il existe bel et bien un « de l’autre côté », mais de quel côté sommes-nous ? »

LETTRES OUVERTES AUX FANTÔMES LES MIENS, LES VÔTRES & PEUT-ÊTRE LES LEUR(RE)S

« Le résultat du mélange d’une vérité et d’un mensonge est toujours un mensonge, sauf dans les romans où c’est une vérité. »

Javier Cercas, L’imposteur

« Les fantômes disparurent en jetant des cris plaintifs. »

Gérard de Nerval, Deuxième rêve des Nuits d’octobre

 

Cher(s) vous,

Pour paraphraser – et rendre hommage – à la fois à Madame du Deffand et à G. K. Chesterton, nous pourrions écrire « je ne crois pas aux fantômes et si j’en ai peur, je sais comment les combattre. ». Nous pourrions aussi écrire que lorsque les fantômes sont astucieux, et Dieu sait s’ils le sont, ils se cachent en pleine lumière. Et puis, même si nous ne croyons guère aux fantômes, ce sont eux qui décident, ou non, de nous visiter, et ce seulement s’ils croient en nous. Nous pourrions aussi prétendre que les fantômes n’ont qu’une seule histoire à raconter, c’est pourquoi ils la racontent toujours différemment. Résumons. Les fantômes n’existent pas, j’en ai désormais la certitude, même si je n’en suis pas certain. Les fantômes ne sont guère que les résidents de nos imaginations enfouies, et les nostalgies inavouées d’un autrefois ; aussi, oui les fantômes existent.

Lettre ouverte aux fantômes, les miens, les vôtres & peut-être les leur(re)s, Eric Poindron,Le Réalgar Éditions

La suite est à découvrir EN CLIQUANT ICI

PIRATE !

 

« Maudit sois-tu, tu n’es qu’un lâche, comme le sont tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par les lois que des hommes riches ont rédigées afin d’assurer leur propre sécurité.
Ils nous font passer pour des bandits, ces scélérats, ces crapules nous condamnent alors qu’il n’y a qu’une différence entre eux et nous, ils volent les pauvres sous couverts de la loi tandis que nous pillons les riches sous la protection de notre seul courage
[… ]
Vous êtes comme tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par des lois faites par les riches pour assurer leur propre sécurité, car ces petits peureux n’ont pas le courage de défendre autrement ce qu’ils ont acquis par friponnerie »

Le pirate Charles Bellamy lors de son procès en 1720