« HAIKUS DE MES COMPTOIRS », GOURIO LÂCHE SES POÈMES

Par Jean-Daniel Magnin, directeur littéraire du Théâtre du Rond-Point.

On vous a dit et répété qu’il n’y avait plus de poète populaire en France ? Eh bien raté, Haïkus de mes comptoirs (Le Castor Astral Editeur, collection « curiosa & cætera ») vient de pousser en rigolant sous votre nez pour vous démentir.

C’est le 1000e titre publié aux éditions Le Castor Astral et il va vous porter chance : il rassemble les merveilles que Jean-Marie Gourio a essaimées sur ventscontraires depuis près de 5 ans : poèmes, rêves minuscules, haïkus de comptoir…

Un petit livre ami comme il le dit lui-même, à serrer contre son cœur comme une flasque d’eau de vie joyeuse, pour les instant où, décidément, le monde qui vous entoure ne vous semble plus mériter la visite.

Par exemple cette goulée en haut de la page 169 :

Si c’était que moi, le trèfle à quatre feuilles porterait bonheur à partir de deux feuilles.

Ou celle-ci, page 33 :

Baudelaire achète du pain
Paie en poème
Manque un vers

S’il avait été prétentieux ou pompeux (ce qui ne risque jamais de lui arriver, c’est contre sa nature), Gourio aurait pu intituler ce recueil Le Délassement d’un romancier, car il a coutume d’envoyer ces pépites par salves pour s’aérer l’esprit lorsqu’il est en en train d’écrire un roman.

Elles ne lui viennent jamais au comptoir, où il se tient alors en mode « écoute » – sur une longueur d’onde qui le met entièrement au diapason des âmes accoudées avec lui autour du zinc (les Brèves de comptoir en ce moment sur vos écrans avec le film de Jean-Michel Ribes).

Ses poèmes à la noix ou à un euro – je reprends ses propres mots – jaillissent en rafales du dedans, de ses comptoirs intimes et secrets, on est en direct avec l’énergie poétique de Gourio. « Quelques phrases qui tintent contre un verre de blanc » et qui font du bien.

Capture d’écran 2014-10-22 à 15.50.25

Haïkus de mes comptoirs, Jean-Marie Gourio, Le Castor Astral Editeur, collection « curiosa & cætera »

« Les haïkus sont de petits poèmes japonais, en trois vers, très légers, éphémères, qui saisissent en peu de mots l’instant. Depuis trente ans que j’arpente les cafés pour les Brèves de comptoir, j’ai trouvé qu’il y avait dans ces discussions éphémères de bars une forme poétique jumelle du haïku japonais, le “haïku de comptoir”. Imprégné de cette petite musique, j’ai écrit ces quelques “haïkus de mes comptoirs” que je vous donne à lire, suivis de courts textes, “L’Été au comptoir”, “Pensées pressées”, “Rêves de comptoir”. J’ai aimé l’idée de ce petit livre léger. Concis lui aussi comme ces poèmes japonais. Éphémère comme eux. Un petit livre porte-bonheur qu’on s’offrirait. Qu’on se prêterait. Qui traînerait sur les tables des cafés. Sur les bancs. Au soleil. Et aussi dans la brume matinale, fourré au creux de la poche, sous la pluie. Dans la foule du métro. Un petit livre ami. » Jean-Marie Gourio

POÉSIE & NOSTALGIE, HIPPOLYTE & L’ILE AUX ENFANTS

POÉSIE & NOSTALGIE, HIPPOLYTE & L’ILE AUX ENFANTS

JEUDI 9 OCTOBRE

Avec GÉRARD CAMOIN, écrivain poète rare, piéton de Paris, comédien et marionnettiste. Derrière la face verte et souriante d’HIPPOLYTE, le cousin de CASIMIR, c’est le comédien Gérard Camoin qui se cachait ! Comédien-marionnettiste, il a participé aux grandes heures de la marionnette TV de 1974 à la fin des années 1990 : L’île aux enfants, Les visiteurs du mercredi, Les guignols de l’info, etc. Il est l’auteur de FENÊTRE SUR LA BAIE, poèmes-récits admirables aux éditions des deux encres.

10614220_576011285836681_5525072217128779945_n

Avec PIERRE-ALEK BEDDIAR et ARNAUD MAGNIER auteurs de « NOS ANNÉES CASIMIR Le Livre officiel de l’île aux enfants » éditions Hors-Collection.

Depuis sa création en 1974 jusqu’en 1982, L’Île aux enfants n’a cessé de faire des heureux. C’est l’émission incontournable qui détient le record de longévité avec ses presque 1000 épisodes. A l’occasion des 40 ans de Casimir, tous les personnages de l’émission culte « L’île aux enfants » sont réunis dans un album illustré de plus de 1000 images…Voici venu le temps des rires et des chants !

40-ans-12-p

Serez- vous des nôtres ?

Les places étant comptées, merci de répondre le plus tôt possible. 

Renseignements : coqalane@wanadoo.fr ou facebook (Eric Poindron) ou 06 40 21 19 56

Jeudi 25 septembre, Des Mots & des Curiosités, nouveau lieu, nouvel esprit…

Jeudi 25 septembre, Des Mots & des Curiosités, nouveau lieu, nouvel esprit…

Comment fabrique-t-on un disque ?

A l’occasion de la sortie du nouvel Album d’Elie Guillou, une rencontre musicale et vagabonde avec Eli Guillou & Pierrick Hardy

ELIE GUILLOU, Troubadour des temps modernes et chanteur Public met à votre disposition sa plume et sa guitare afin d’écrire les chansons dont vous avez besoin. Par ailleurs, il nous emmène dans ses aventures de Chanteur Public dans le vaste monde : des scènes bretonnes aux Lavomatics parisiens, des bazars de Château-Rouge aux plages du Brésil… en passant par votre salon !

Et pour en savoir plus : http://www.elieguillou.fr/

Pierrick Hardy est compositeur, arrangeur, guitariste, clarinettiste. Au fil de son parcours, sa musique s’est enrichie d’influences diverses, puisées dans les répertoires classique, contemporain, traditionnel ou jazz, mais aussi dans les arts visuels, la littérature…

MERCI DE PRENDRE UN INSTANT POUR NOUS CONFIRMER, OU NON, VOTRE PRÉSENCE AFIN QUE JE PUISSE ORGANISER AU MIEUX LA SOIRÉE.

Renseignements : coqalane@wanadoo.fr ou facebook (Eric Poindron) ou 06 40 21 19 56

 536985_354443644662673_408139212_n

TIRET

« Le tiret, par son allure, a quelque chose d’élégant. […] Il n’a pas, comme sa congénère la parenthèse, le profil bedonnant qui vous arrête au passage. »
Jules Denis, Grammaire typographique

Screenshot_2014-07-06-02-35-09

RENDU !

Un homme de 91 ans rapporte un livre soixante-et-un ans après l’avoir emprunté à la bibliothèque
Il travaillait comme assistant de recherches à l’université de Liverpool. Lorsqu’il a quitté son poste pour aller travailler à Londres, il a oublié de rendre son livre.
Il conservait le livre depuis 1953. Ron Webster, un Anglais âgé de 91 ans, a rendu le livre qu’il avait emprunté à la bibliothèque de l’université de Liverpool… soixante-et-un ans plus tard. A l’époque, il travaillait comme assistant de recherches.
Ron Webster avait oublié l’existence de ce livre, intitulé Structure and Function in Primitive Society (Structure et fonction dans les sociétés primaires) jusqu’à ce qu’il le redécouvre chez lui. Il a alors réalisé d’où il venait, et a décidé de le rendre à la bibliothèque. Un des employés de l’établissement s’est amusé de la situation. « Il y a un homme qui veut rendre un livre qu’il a emprunté en 1953. Il a 91 ans ! » s’est-il exclamé, selon Jezebel.
Ron Webster aurait dû s’acquitter d’une amende de 4 510 livres sterling (5 371,41 euros) pour ses 22 550 jours de retard, à raison d’une pénalité de 20 pence par jour. Mais la bibliothèque a décidé de passer l’éponge.

Sans titre-094